Criminalité économique: près de 40 % des sociétés suisses touchées

ZURICH - Selon une étude, 37 % des sociétés suisses ont été victimes de fraudes ces deux dernières années, contre 24 % entre 2001 et 2003. Contrairement au reste du monde, en Suisse, les auteurs de ces actes sont majoritairement des cadres supérieurs. Tant dans le monde qu'en Suisse, la criminalité en col blanc représente une menace significative qui affiche un développement constant, a relevé mardi à Zurich John Wilkinson, partenaire de PricewaterhouseCoopers (PwC). Dans le cadre de son étude, menée pour la troisième fois, le cabinet de conseils a interrogé 3634 entreprises, dont 125 en Suisse. Si le nombre des sociétés helvétiques victimes de délits économiques a affiché une hausse au cours des deux dernières années, il n'en reste pas moins que ce pourcentage demeure inférieur à celui de l'Europe occidentale (42 %) et de l'ensemble de la planète (45 %). Toutefois, les entreprises ne nous ont pas tout dit et ne savent pas tout, a nuancé M. Wilkinson. Les auteurs de l'étude concernant la Suisse ont fait part de leur surprise en ce qui concerne le niveau hiérarchique des auteurs de ces actes délictueux. Dans 53 % des cas, il s'agit de cadres supérieurs, alors qu'à l'échelle globale, ce taux ne se situe qu'à 24 %. Autre surprise: la découverte de fraudes commises par cette catégorie de managers n'entraîne pas de conséquences pour leurs auteurs. Ainsi, dans 17 % des cas, rien n'a été entrepris à leur encontre. Dans moins de la moitié des cas (45 %), un licenciement a été prononcé ou des poursuites pénales engagées. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.