Construction: les syndicats rompent les négociations avec la SSE

BERNE - Les négociations salariales de la branche principale de la construction sont dans l'impasse. Patronat et syndicats ont rompu les discussions, sur des positions que les uns et les autres jugent non rapprochables. Unia et Syna planifient déjà le combat.La demande d'une hausse des salaires de 220 francs pour tous les ouvriers de la branche (environ 90'000) l'an prochain, qui correspond à une hausse générale de l'ordre de 4%, est "exagérée" et "absolument inadmissible", a indiqué la Société suisse des entrepreneurs (SSE) dans un communiqué. Le patronat n'est disposé à octroyer que des hausses qui se situeraient au niveau du renchérissement, a indiqué le président central de la SSE, Werner Messmer. A noter que l'inflation sur l'année est attendue par l'Office fédéral de la statistique entre 1,3 et 1,5%.La position patronale consistant à ne vouloir donner que la compensation du renchérissement est "scandaleuse", ont rétorqué Unia et Syna. Les deux syndicats assurent en outre dans leur communiqué commun que les patrons ne veulent même pas compenser l'inflation pour tous leurs salariés.Pour les représentants de ces derniers, le boom actuel de la construction, associé à une productivité accrue et une rentabilité améliorée justifient des augmentations subtantielles. Unia et Syna estiment qu'il y a en plus un besoin de rattrapage.M. Messmer réfute une telle nécessité. "Les salaires minimaux de la branche figurent parmi les plus élevés parmi tous les secteurs économiques confondus", a-t-il dit. La SSE jure qu'"aussi longtemps que les syndicats persisteront, un retour de la SSE à la table des négociations est inimaginable". Face à cette attitude jugée "totalement déplacée dans le contexte économique actuel", les syndicats disent maintenir leurs exigences, qualifiées de "raisonnables".Les discussions ont été rompues après deux rondes de négociations seulement. Si rien ne devait changer dans un proche avenir, Unia et Syna évoquent d'ores et déjà le recours à des mesures de lutte après la manifestation nationale agendée au 23 septembre prochain à Berne pour des salaires "convenables" dans toutes les branches. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.