Avenir de Swissmetal Boillat : action de solidarité à Reconvilier

RECONVILIER - Une année exactement après le déclenchement de la grève chez Swissmetal Boillat à Reconvilier, quelque 150 personnes ont témoigné mercredi soir leur soutien aux ouvriers. Syndicat et personnel ont annoncé un cortège pour vendredi. A l'origine, cette action de solidarité avait été organisée par les ouvriers pour remercier la population de les avoir soutenus durant les dix jours de grève de l'an passé. Mais entre-temps, le contexte a changé, avec la volonté de la direction de Swissmetal de fermer le secteur fonderie, une stratégie financière qui inquiète toute une région. "Il faut continuer à se battre", a lancé Nicolas Wuillemin, président de la commission du personnel, aux ouvriers et habitants réunis autour d'une soupe populaire. "Sans la grève de l'année dernière, nous ne serions peut-être pas là ce soir", a-t-il ajouté. "Une année après, vous êtes toujours très présents", a souligné Fabienne Blanc-Kühn du comité directeur du syndicat Unia. Elle a rappelé que 3000 emplois dépendent directement ou indirectement de l'usine Swissmetal Boillat à Reconvilier. "Nous voulons montrer que notre détermination ne faiblit pas et reste intacte", a expliqué de son côté Eric Bauer, secrétaire régional d'Unia Transjurane. Lors de son assemblée générale de lundi, le personnel avait adopté une résolution dans laquelle il affirmait qu'il ferait recours à tous les moyens de lutte pour défendre ses intérêts. Les politiciens de la région continuent aussi à se mobiliser. Le comité de soutien à Swissmetal Boillat, emmené par le conseiller national Pierre Kohler, souligne que l'usine de Reconvilier est le maillon fort du groupe. Dans un communiqué publié mardi, ce comité dit être en possession d'un dossier étayant cette affirmation. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.