Poème controversé: le réfugié tunisien acquitté

Le réfugié politique tunisien domicilié à Neuchâtel accusé d’appel public au crime a été acquitté mardi. Le Tribunal de district à Boudry est convaincu que l’homme n’a ni objectivement ni subjectivement poursuivi l'objectif de provoquer un crime.
 
Le procureur général du canton de Neuchâtel avait ouvert une instruction en janvier contre l'opposant tunisien après la diffusion sur un site en langue arabe d'un poème évoquant, selon une traduction contestée, les ceintures explosives pour les gens qui trahissent. La connotation terroriste de ce passage ouvrait le soupçon d'appel public au crime, infrasction poursuivie d'office.
 
Ayant fait appel à un traducteur assermenté, la présidente Nathalie Kocherhans a admis que la traduction sur laquelle se basait l'accusation induisait en erreur. Les termes sont beaucoup moins précis. Ils évoquent plutôt une détermination face à l'injustice, en l'occurrence la tyrannie du pouvoir tunisien, encore en place au moment des faits.
 
Par ailleurs, le passé constant du prévenu - opposant arrêté, torturé, réfugié en Suisse et défenseur des droits de l'homme - parlait en faveur d'un militantisme non violent. /ats-aes
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.