Avenir professionnel des jeunes en question

Discussion animée mercredi matin au Grand Conseil neuchâtelois à l'heure des questions et interpellations. Le groupe PopVertsSol s’est inquiété des conséquences du durcissement des conditions d'admission dans les filières de formation à plein temps du secondaire II.
 
Cette directive introduite cet automne a soulevé un petit vent de panique chez les parents d'élèves. Leurs enfants scolarisés en moderne ont un semestre pour faire leurs preuves s'ils veulent avoir accès aux maturités professionnelles, commerciales, ou encore santé.
 
En cas de moyenne inférieure à quatre et demi, ou en cas d'échec lors d'un examen, les élèves doivent se trouver une place d'apprentissage. Un tri au semestre qui inquiète plusieurs députés de gauche.
 
Les députés ont accepté par 105 voix sans opposition un rapport sur l'insertion professionnelle des jeunes de moins de 30 ans au bénéfice de l'aide sociale. Le Conseil d'Etat proposait de pérenniser le fonds d'insertion à raison de 1 million de francs par année dès 2014.
 
Le Parlement a accepté une refonte du Service de l'orientation scolaire et professionnelle. Le service autonome est supprimé et remplacé par un Office cantonal en orientation scolaire et professionnelle. A terme, des équipes formées d’enseignants, de psychologues et d'orthophonistes seront décentralisés dans les établissements scolaires régionaux.
 
Le législatif cantonal a aussi fait un pas vers l’harmonisation des régimes des bourses d’études en Suisse. Le Grand Conseil a dit oui à l’accord intercantonal en la matière. Ce texte entrera en vigueur dès que 10 cantons l’auront adopté. /gwe
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.