A genoux, les églises s'expriment

Les églises reconnues du canton de Neuchâtel donnent leur version des faits, à la suite de l’annonce de Philip Morris de ne plus verser sa contribution ecclésiastique avec effet immédiat.
 
Selon l’Eglise réformée évangélique neuchâteloise, l’Eglise catholique chrétienne et l’Eglise catholique romaine, le cigarettier avait fait part à plusieurs reprises de sa volonté de ne plus s’acquitter de son impôt. Mais en janvier 2010, lors de discussions entre les deux parties, PMP aurait dit clairement aux églises qu’il s’acquitterait de ses montants pour l’année en cours et qu’il n’y avait pas lieu de s’inquiéter. Déclaration répétée en juin.

Selon Gabriel Bader, le président du Conseil synodal de l’EREN, tout cela est écrit noir sur blanc dans des procès verbaux.

A la suite de cette garantie, les églises ont donc engagé leurs dépenses. Elles se retrouvent aujourd’hui avec un trou de 10% à 20% dans leurs budgets de fonctionnement, puisque la contribution de Philip Morris se montait à environ un million de francs. Elles déplorent donc leur mise devant le fait accompli.
 

Derrière des prestations, des enjeux humains

Certains services risquent donc d’être touchés si aucune solution n’est trouvée. Il faut dire que les églises dépensent environ 10'000 francs par jour pour assurer leurs services: aumôneries dans les hôpitaux psychiques ou physiques ou encore dans les prisons.
 
Les conséquences sur le plan humain pourraient aussi être lourdes. Afin d’éviter de devoir se séparer de collaborateurs, chaque entité va tenter de trouver une solution. Par exemple l’Eglise catholique romaine qui explique être en tractations avec les autres églises catholiques romaines de Suisse pour combler sa perte. Elle n’exclut pas non plus de faire payer certaines prestations comme les mariages ou les baptêmes.

L’Eglise catholique chrétienne puisera quant à elle dans ses réserves en attendant de trouver une solution.

Enfin, l’EREN n’a pris aucune décision concernant d'éventuelles suppressions de postes. Elle cherche désormais d’autres types de financement.
 

Et l’Etat ?

Les trois églises ont fait part de leur étonnement face au rôle qu’à joué le canton de Neuchâtel dans ce dossier. Elles expliquent avoir été écartées des discussions menées entre le Gouvernement et Philip Morris. Elles se disent également étonnées que d’un côté le Conseil d’Etat parle de séparation des pouvoirs et explique ne pas vouloir prendre position et que de l’autre, le Service des contributions soit en pourparlers avec PMP.

Les églises ont posé des questions qui sont pour le moment restées sans réponses, selon elles. /abo

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.