PMP / églises: Jean Studer s'explique

Le Canton de Neuchâtel prend acte de la décision de Philip Morris de ne plus s’acquitter de l’impôt ecclésiastique. L’entreprise de cigarettes explique ne plus vouloir soutenir de causes religieuses. Une décision que l’Etat a apprise à la fin de l’été.
 
Les églises neuchâteloises se retrouvent maintenant en grandes difficultés financières. Le cigarettier représentait à lui seul 10% à 20% du budget de l’Eglise réformée évangélique neuchâteloise, de l’Eglise catholique romaine et de l’Eglise catholique chrétienne. Soit un montant d'un million et demi de francs par année.
 
 
L'Etat n'a joué aucun rôle
 
Pour le grand argentier Jean Studer, il est important de préciser que l’Etat n’a joué aucun rôle dans la décision de Philip Morris. Le Gouvernement a appris la nouvelle dans le cadre des contacts réguliers qu’il a avec l’entreprise. Il dit avoir compris les motifs qui ont poussé PMP à prendre cette décision, mais il la regrette.
 
L’Etat précise qu’il n’y a aucun lien à faire avec la loi sur la fiscalité des entreprises qui a été adoptée début septembre par le Grand Conseil.
 
Le Conseil d’Etat a fait part de son souci quant à la situation des églises. Il doit rencontrer ses représentants prochainement, afin de trouver une issue à la crise. /abo
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.