Le Sonderfall rouge-vert neuchâtelois est terminé

L’éviction de Fernand Cuche du Gouvernement neuchâtelois et la victoire de la droite n’ont pas laissé la presse alémanique indifférente.

Les quotidiens d’Outre-Sarine commentent largement, lundi, le second tour de l’élection au Conseil d’Etat.

Selon la Neue Zürcher Zeitung, le Sonderfall rouge-vert neuchâtelois est terminé! Le quotidien à tendance bourgeoise se fait l’écho avec satisfaction de la défaite de la gauche. Elle rappelle que Neuchâtel était le seul canton à avoir une double majorité de gauche au Parlement et au Gouvernement lors de la législature qui s’achève.

La NZZ parle d’hirondelle dans le ciel neuchâtelois. Elle loue la dynamique du parti libéral-radical, le premier à avoir fusionné en Suisse. Le quotidien zurichois parle aussi de trois candidats convaincants, avec les juristes Frédéric Hainard et Claude Nicati, ainsi que le directeur d’école Philippe Gnagi.

Pour la NZZ, la défaite de Fernand Cuche est aussi la défaite des Verts romands, qui n’ont pas de successeurs aux hommes forts, âgés de 50 à 63 ans. Derrière les Brélaz, Recordon, Cramer, Cuche et compagnie, c’est le trou!

 
Défaite personnelle
 
Dans le Tages Anzeiger, Richard Diethelm insiste aussi sur la défaite de Fernand Cuche. Mais il l’interprète différemment. Pour le journaliste, il s’agit d’une défaite personnelle, ce n’est pas celle des Verts. Il écrit notamment que "Cuche n’a jamais réussi sa reconversion de secrétaire général d’Uniterre à conseiller d’Etat".

La Basler Zeitung, évoque une erreur stratégique de la gauche… Le quotidien bâlois estime que la gauche s’est trompée en sacrifiant la socialiste Johanne Lebel-Calame au profit de Fernand Cuche. Le résultat de ce choix, c’est tout simplement la perte de la majorité en raison d’une division de la gauche, alors que la droite a voté très compact. La Basler Zeitung relève aussi le rôle important joué par l’UDC, qui s’est retirée au second tour, à condition de tout faire pour empêcher l’élection de Fernand Cuche.

Enfin, le Bieler Tagblatt relate les paroles du président du Parti socialiste neuchâtelois Eric Flury. Celui-ci regrette la dispersion de la gauche au premier tour, avec trois listes et 13 candidats.

C’est peut-être déjà le 5 avril que la gauche a perdu sa majorité au Conseil d’Etat… /fap

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.