Le protecteur des hirondelles de la gare de Marin

Après un long vol qui les a vu décoller d’Afrique du Sud en février, les hirondelles de fenêtre ont retrouvé intacts leurs logis de la gare de Marin. Mais il s’en est fallu de peu pour qu’elles doivent entièrement reconstruire leurs nids...
 
 C’est l’histoire que l’Association suisse pour la protection des oiseaux (l’ASPO) a conté ce lundi matin à la presse et à deux classes de l’école de Marin.

Propriétaire de la gare, le BLS (Chemin de fer du Lötschberg) avait enjoint son locataire, l’ancien chef de gare, à ne pas reposer ce printemps les 40 nids qu'il avait construits de ses mains, parce qu’un privé s’était fatigué des fientes qui ornaient le pare-brise de son véhicule.

Ecoeuré, Francis Chanez a appelé l’ASPO et la Protection suisse des animaux (PSA) en renfort, qui ont fini par convaincre la direction du BLS de l’utilité de ces oiseaux grignoteurs de moustiques. Aux dernières nouvelles, les volatiles - ils forment l’une des plus grandes colonies d’hirondelles de fenêtre du bas du canton - sont bien installés.

L’hirondelle de fenêtre, qui niche en majorité sur les bâtiments, est la plus répandue de nos quatre espèces d’hirondelles. Elle est plus petite que l’hirondelle rustique et sa queue est moins fourchue. Comme le goudron gagne du terrain sur la boue et que la tolérance des propriétaires d’immeubles pour les nids s’amenuise, les hirondelles ne trouvent plus toujours à se loger dans nos villes et nos villages. /vco

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.