La Damassine AOC: premières réactions

Suite à la décision du Tribunal Fédéral de confirmer l’appellation d’origine contrôlée de la damassine, les premières réactions n’ont pas tardé vendredi.

Le co-président de l’Interprofession de la Damassine AOC, Alain Perret, se félicite de cette décision: «C’était pas simple, on était dans le doute jusqu’à la dernière seconde, maintenant c’est la joie qui prédomine. C’est la récompense de 13 ans de travail ! ».

Jean-Pierre Mürset, un producteur du Landeron, avait fait recours contre la décision de l’Office Fédéral de l’Agriculture. Il a été débouté vendredi par le TF et regrette cette décision : «La damassine vient de Damas, et cette eau de vie est aussi produite à l’étranger, en France et en Angleterre notamment. Je ne sais pas ce qu’ils vont penser de ce jugement. Mais ce n’est plus mon problème». Au final, il accepte ce verdict et se montre philosophe: «Je préfère ça qu’un orage de grêle sur ma vigne!».

Suite à cette décision, l’eau de vie vendue sous le nom «damassine» devra être produite dans le canton du Jura et respecter les règles du cahier des charges de la Damassine AOC. /cad

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.