De nouvelles décisions de Lyria pourraient pénaliser l’Arc jurassien

Lyria envisage à nouveau de modifier le tracé des TGV reliant la Suisse à Paris. Après les cantons de Neuchâtel et Berne, c’est le canton de Vaud qui est touché.
 
Sur la ligne Lausanne-Dijon, Lyria examine la possibilité de faire passer la moitié de ses trains par Genève au lieu de Vallorbe. Une décision qui pourrait pénaliser les liaisons de l’ensemble de l’Arc jurassien avec la France voisine, étant donné que plusieurs correspondances sont prévues pour rejoindre cette ligne à grande vitesse.
 
 
Stratégie économique
 
D’après Pascal Vuilleumier, le chef du Service des transports du canton de Neuchâtel, Lyria envisage ces mesures pour des raisons économiques. La facturation des sillons serait en effet plus chère sur sol français que sur sol helvétique, d’où l’avantage de rouler plus longtemps en Suisse.
 
Mais selon Jean-Philippe Schmidt, porte-parole des CFF, les questionnements de Lyria se fondent plutôt sur la fréquentation des trains. Les TGV, à certaines heures, se rempliraient mieux s’ils transitaient par Genève.
 
 
Liaisons depuis Neuchâtel remises en cause
 
Le canton de Neuchâtel voit d’un mauvais œil ces nouvelles réflexions de Lyria. En effet, après la suppression d’une paire de TGV entre Berne et Paris via Neuchâtel, le canton avait mis en place des rames de substitution avec changement à Frasne. Si une partie des liaisons Vallorbe-Paris passe par Genève, cela remet en cause les liaisons Neuchâtel-Frasne.
 

Le canton de Neuchâtel ainsi que Vaud et Berne rencontreront les responsables de Lyria fin mars pour discuter de la situation. /mvr

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.