Précisions sur le SIS des Montagnes

Il n’y pas le feu dans la maison du SIS des Montagnes neuchâteloises. Lors de la séance du Conseil général de décembre, le président a lu la lettre de démission d’un des sous-officiers du SIS. L’homme a quitté ses fonctions parce que le Conseil communal a refusé de renouveler son autorisation d’activité accessoire. Il assurait des gardes dans le service de secours d’un autre canton.

Le désormais ex-employé de la commune affirme qu’une grande partie des pompiers-ambulanciers exerceraient une activité accessoire sans autorisation. Des accusations réfutées par le Conseil communal. Quelques employés ont demandé des autorisations d’emploi annexe, mais cela concerne principalement des formateurs ou des experts, ou encore des postes de concierge dans de petits immeubles. Ces activités ne nuisent pas à la qualité du travail au sein du SIS.

En revanche, l’exécutif refuse de voir les pompiers-ambulanciers assurer des gardes dans d’autres services de secours pendant leurs jours de congé. /mve

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.