La frontière s’efface pour soigner le Doubs

France et Suisse se serrent les coudes au chevet du Doubs.
 
Une rencontre transfrontalière a eu lieu le 14 avril à Delémont. Elle a rassemblé le ministre jurassien de l’environnement, Philippe Receveur, le chef de son département et des élus des deux rives. La réunion a permis de partager les vues et de faire le point sur l’état de santé de la rivière. Les causes de la très forte mortalité piscicole ne sont pas encore élucidées. Des analyses sont toujours en cours.
 
 
Jeter des ponts
 
Renforcer les liens entre les différents acteurs œuvrant pour la protection du Doubs était l’un des buts de cette rencontre. Il s’agit d’avoir désormais des rapports plus directs, sans passer par les voies parfois tortueuses de la hiérarchie. A terme, il est envisagé d’élargir l’accord de coopération à la gestion du cours d’eau. L’idéal serait la création d’une structure commune pour mener à bien cette tâche.
 
 
Urgence à agir
 
Mais dans l’immédiat, la réunion a aussi débouché sur des résultats concrets. Il a été décidé que le Jura et son voisin neuchâtelois procéderont à de nouvelles analyses, cette fois sur les sédiments accumulés au fil des années derrière les barrages du Châtelot, du Refrain et de la Goule. Ces sédiments sont de nature inconnue et pourraient éventuellement être la source d’une possible contamination. Les analyses doivent permettre de donner de nouvelles orientations ou de mettre sur la voie de solutions.
 

Des démarches vont aussi être entreprises pour obtenir l’arrêt temporaire des lâchers d’eau via les vannes de fond. L’eau qui sort des vannes de fond est en effet celle en contact avec les sédiments suspects. /iqu

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.