Décès de Yann Richter, ancien président du Parti radical suisse

Une figure de la politique neuchâteloise et nationale n’est plus. Yann Richter, ancien président du Parti radical suisse, est décédé d’un malaise, hier, à l’âge de 80 ans.

Le drame est survenu au stade de la Maladière, à Neuchâtel, alors qu’il assistait au match de football entre Neuchâtel Xamax et le FC Zurich.

 
 
Un quart de siècle de politique active
 
Yann Richter était né à Hauterive le 4 avril 1928.

C’est dans sa commune qu’il a fait ses premières armes politiques. Il a notamment été président du Conseil communal altaripien de 1960 à 1969. Il a aussi été député au Grand Conseil de 1961 à 1969, président du Parti radical neuchâtelois, conseiller national de 1971 à 1979 et président du Parti radical suisse, de 1978 à 1984.

Yann Richter avait lâché une phrase historique en 1983, lorsque les radicaux avaient réussi leur complot pour faire échouer l’élection de la socialiste Lilian Uchtenhagen, la première femme au Conseil fédéral: "On sait qui gouverne en Suisse."

 
Des échecs
 
Sa carrière politique a toutefois été marquée par plusieurs échecs. Avant de se présenter au Conseil national, il avait été candidat malheureux au Conseil d’Etat neuchâtelois en 1969.

Yann Richter a aussi été battu dix ans plus tard, en 1979, lorsqu’il a tenté l’aventure au Conseil des Etats. C’est le libéral Jean-François Aubert et le socialiste René Meylan qui avaient été élus par les Neuchâtelois.

Engagé dans le monde économique
 
Le défunt était licencié en droit de l’Université de Neuchâtel et colonel à l’armée. Il était très engagé dans le monde de l’horlogerie et de l’économie en général.

Yann Richter a notamment été directeur-adjoint de la Chambre suisse d’horlogerie, président du Laboratoire suisse de recherche horlogère et président de la Chambre neuchâteloise du commerce et de l’industrie. /fap

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.