Retraite dorée: un mythe

La vieillesse n’est pas synonyme de richesse. Une étude présentée mardi à Neuchâtel par Pro Senectute révèle qu’en Suisse, un retraité sur vingt vit dans des conditions extrêmement modestes. L’étude a été menée auprès de 5'000 personnes qui ont eu recours à une aide de Pro Senectute en Suisse romande et au Tessin.
 
La précarité chez certaines personnes âgées est une réalité, malgré l'introduction en 1948 de l’Assurance vieillesse et la mise sur pied de prestations complémentaires en 1966. Les causes de la pauvreté ne sont pas toujours en relation avec la retraite. La vieillesse ne fait que prolonger le processus de paupérisation déjà engagé.
 
Le revenu des rentiers s’est considérablement réduit ces dernières années, parce que la part de dépenses forcées, comme les impôts, les assurances, le loyer et les charges, a augmenté, alors que le revenu n’a pas été adapté depuis 2001.
 
Au travers de cette étude, Pro Senectute envisage des solutions pour pallier à cette réalité. Des solutions qui passent notamment par une exonération fiscale du minimum vital.
 
Une brochure sur le thème Vivre avec peu de moyen. La pauvreté des personnes âgées en Suisse peut être commandée ici. /sm
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.