Affaire Hainard: le Conseil d'Etat joue la transparence

On approche de l’épilogue dans l’affaire Hainard. Après presque une année de travaux, la Commission d’enquête parlementaire va enfin rendre public son rapport, mercredi, au cours d’une conférence de presse.
 
Ce rapport tant attendu, qui a fait l’objet de nombreuses fuites, est accompagné en annexe par les conclusions du Conseil d’Etat neuchâtelois, qui a aussi rédigé un rapport sur la base du contenu de celui de la CEP.
 
Les deux documents seront entre les mains des députés et de la presse au plus tard mardi.
 
Le Conseil d’Etat a donc choisi de commenter le contenu du rapport de la CEP. C’est son droit. La même stratégie avait déjà été adoptée par les Gouvernements de l’époque, en 1998 et 2003, lors des deux seuls cas où une CEP avait été instituée: pour l’affaire Jacot et pour l’affaire Decnaeck.
 
 
Rapport distribué
 
ll a fallu une séance du Conseil d’Etat, lundi, pour décider de jouer la transparence. Sa prise de position sera distribuée aux députés et à la presse, en même temps que le rapport de la CEP.
 
C’est une bonne chose. Cela évitera toute spéculation et fausses interprétations de ce rapport par le biais de fuites que l’on sait désormais inévitables.
 
Cela permettra aussi aux députés de bien se préparer pour la session de mai du Grand Conseil. Le rapport de la CEP et celui du Conseil d’Etat sont en principe à l’ordre du jour du mercredi 25 mai.
 
Si la date est confirmée, les débats seront dirigés par le nouveau président du parlement, le socialiste Adrien Laurent, qui aura été élu la veille. Difficile de se mettre plus vite dans le bain… /fpa
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.