Neuchâtel, un paradis pour le cinéma

Nicolas BideauLes cinéphiles peuvent se réjouir dans le canton de Neuchâtel. L’offre cinématographique est variée et de qualité.
 
C’est la conclusion d’une étude intitulée Cinema Paradiso?, dont les résultats ont été discutés mardi avant l’ouverture officielle du Festival international du film fantastique de Neuchâtel.
 
Plusieurs personnalités ont pris part à cette table ronde: Nicolas Bideau, chef de la section cinéma à la Confédération, les nouveaux chefs de la Culture pour le Canton et la Ville de Neuchâtel, Philippe Gnaegi et Françoise Jeanneret.
 
Les participants se sont réjouis que l’offre neuchâteloise soit estimée presque comparable à celle d’une grande agglomération comme Lausanne. Cela malgré le quasi monopole de l’exploitant de salles, Cinépel SA.
 
Selon Franck Braun, l’auteur de l’étude, on doit aussi cette diversité à l’offre dite complémentaire. Par sa densité, elle est jugée unique en Suisse pour une région périphérique comme Neuchâtel. Franck Braun cite le NIFFF, La Lanterne magique, l’ABC, ou encore Passion Cinéma.
 
La table ronde a permis de dresser un constat: sans argent des pouvoirs publics, l'exception neuchâteloise risque de prendre fin. Le passage au format numérique pose un immense défi financier aux exploitants et par ricochet aux distributeurs.
 
Pour remplacer la bonne vieille bobine de pellicule par des projecteurs modernes, il faut compter jusqu’à 150'000 francs par salle. Impossible sans l’aide des pouvoirs publics!, ont clamé plusieurs participants.
 
Mais les politiques présents ce mardi ne se sont pas vraiment engagés, conscients que la crise économique actuelle allait dicter d’autres priorités que celle d’assurer la diversité des films projetés sur les toiles cantonales. /gw
Partager
Link

Galerie photos liée

07.07.2016
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.