Une année historique pour la Police neuchâteloise

La Police neuchâteloise a présenté mardi matin son rapport annuel d'activité.

Devant une centaine de policiers et des invités, au Landeron, chaque directeur a tiré un bilan de son secteur et expliqué les objectifs à atteindre pour 2011.

Le commandant André Duvillard s’est dit globalement satisfait du fonctionnement de la police dans sa nouvelle structure, un an après la mise en place de la Police unique. Selon lui, les objectifs sont atteints: davantage de proximité, de flexibilité en ce qui concerne les moyens, et une meilleure circulation de l’information à l’interne.

 
Des chiffres encourageants
 
En ce qui concerne les chiffres, l’année 2010 pourrait être historiquement positive: on a passé sous la barre des 400 accidents avec blessés et la police recense cinq morts sur les routes. Du jamais vu.
Quant à la criminalité, elle reste stable dans le canton, mais les chiffres sont tenus secret jusqu’au mois de mars, directives de Berne oblige.
 
Police-secours est intervenue à plus de 7'500 reprises. Cela représente 600 interventions par mois environ. Les temps d'intervention ont été respectés dans 95% des cas, à savoir environ 5 minutes en zone urbaine, 15 minutes en agglomération, et 30 minutes en zone extra-urbaine.
 
En matière de sécurité publique, la police a été engagée à 73 reprises. Soixante-deux fois pour des matches sportifs, huit fois pour des fêtes populaires, et trois fois hors canton.
 
 
Avenir pas de tout repos

La nouvelle réorganisation policière donne donc satisfaction. Mais il faudra tout de même apporter quelques améliorations, notamment dans les relations avec les communes.

A l’interne, les hommes d’André Duvillard devront aussi s’habituer aux changements qu’ils ont vécu ces derniers mois. L’année à venir ne s’annonce pas de tout repos. Le commandant de la Police neuchâteloise rappelle que le nouveau Code de procédure pénale est en vigueur depuis le 1er janvier. Encore un changement à digérer pour ses collaborateurs. Depuis un mois, le bilan est là aussi positif: l’avocat de la première heure représentait une crainte pour eux, mais jusqu'ici des juristes ont dû être appelés dans seulement 2% des cas.

Si André Duvillard se préoccupe de ses agents et qu’il souhaite les mettre au centre du système, il veut aussi renforcer les liens de la Police neuchâteloise avec l’extérieur. Les partenariats avec les gardes-frontière, les polices ferroviaires et les cantons voisins sont visés. /abo

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.