Les éclusées du Doubs pointées du doigt

Les éclusées sont au cœur des problèmes du Doubs. C’est la conclusion commune de deux études menées sur l’état de santé de la rivière franco-suisse. Elles ont été réalisées séparément par les autorités cantonales (ici Christophe Noël, inspecteur cantonal de la pêche, et Philippe Receveur, ministre de l'Environnement) et la Fédération cantonale des pêcheurs jurassiens (FCPJ).
 
 
Morphologie du Doubs
 
Les résultats sont contrastés. La morphologie de la rivière est exceptionnelle, l’une des plus belles de Suisse selon l’étude engagée par le Canton du Jura. Le 90% du cours d’eau est proche de l’état naturel. Quelques dégradations sont toutefois constatées dans les zones de confluence. Six obstacles empêchent une libre circulation des poissons dans le Doubs.
 
 
La qualité de l’eau
 
La qualité de l’eau est qualifiée de bonne à très bonne. La situation s’est améliorée lors des 20 dernières années. Jamais des PCB n’y ont été détectés. Toutefois, les données sont insuffisantes pour plusieurs pollutions spécifiques. Les eaux du Doubs ont aussi tendance à se réchauffer. Un réchauffement plus important que la moyenne nationale de 1 degré.
 
 
Le régime hydrologique
 
Un déclin de la faune aquatique est constaté depuis plusieurs années dans le Doubs. La Fédération cantonale des pêcheurs jurassiens parle d’une baisse d’un tiers du nombre de truites tous les quatre ans. Une baisse qui existait déjà avant juin 2010 et la découverte d’un taux anormal de mortalité piscicole. L’Etat et les pêcheurs dénoncent ici le rôle des exploitants des barrages hydroélectriques. Les éclusées ont de plus en plus d’impact sur la faune selon eux. Les lâchers d'eau entraînent d'importantes variations du niveau de la rivière.
 
Des essais ont été réalisés pour réduire l’impact de ces éclusées. Ils sont concluants, selon l’Office jurassien de l’environnement. Les autorités cantonales en ont promis une application rapide.
 
Le Gouvernement jurassien se lie également aux pêcheurs pour demander aux exploitants qu’ils appliquent la législation en vigueur, notamment le règlement d’eau. La FCPJ veut aussi une meilleure surveillance fédérale. Pour la fédération, il faut encore analyser les sédiments libérés lors de chaque éclusée. /msc
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.