Un préjudice de 200'000 francs

Un gérant de succursale bancaire et un entrepreneur étaient ce mardi sur le banc des prévenus du tribunal pénal économique de Neuchâtel. En cause, leur relation d’affaires liée au secteur de la construction, entre 1996 et 2005.

Cette relation mêle des actes de gestion déloyale, de faux dans les titres, d’escroquerie et d’abus de confiance.

Le ministère public a requis des peines privatives de liberté de 15 mois assortis d’un sursis contre le banquier, et de deux ans avec un sursis d’au moins trois ans contre l’entrepreneur. Le premier aurait notamment accordé et prolongé des garanties de crédits au second, sans en aviser sa hiérarchie. Pris dans un engrenage financier, l'argentier aurait ensuite réactivé un compte, en falsifiant une signature à plusieurs reprises.
 
La partie plaignante, la Banque de dépôt et de gestion (BDG) a suivi le réquisitoire du procureur. Elle aurait perdu au final près de 200'000 francs dans l’affaire.
 
Le second prévenu admet avoir détourné plus de 330'000 francs au titre d'anticipation d'honoraires et de bénéfices. Il était maître d'œuvre sur un chantier de villas à Bevaix. Un chantier géré depuis la succursale neuchâteloise de la BDG, grâce à un montage financier trouble.
 
Le jugement doit être rendu la semaine prochaine. Une procédure civile est également en cours pour la même affaire. /gw
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.