Mesures de contrôle des colis en provenance du Yémen

Paquets suspects, colis piégés… La menace terroriste s’est beaucoup inspirée, ces dernières semaines, des méthodes du Schtroumpf farceur. Mardi encore à Athènes, l’aéroport et cinq ambassades, dont celle de Suisse, étaient visés par des paquets trafiqués.

Mais comment détermine-t-on qu’un colis est suspect? Quels sont les signes indicateurs de la présence de substances dangereuses? C’est un défi pour les services postaux. Car avant de parvenir à son destinataire, un paquet transite entre les mains de nombreux intermédiaires. Au sein de La Poste suisse, les mesures appliquées correspondent aux consignes de l’Office fédéral de l’aviation civile. Mais la porte-parole du géant jaune, Nathalie Salamin, refuse d’en dire davantage; selon elle, plus une mesure de sécurité reste secrète, plus elle est efficace.
 
 
Liste de caractéristiques suspectes
 
On fait moins de mystères du côté de l’Université de Berne, dont le site internet dévoile une liste de caractéristiques suspectes. Il faudrait se méfier des paquets dont l’adresse contient des fautes, ou qui ne portent pas de mention de l’expéditeur. Un affranchissement trop élevé ou des mentions telles que ne doit être ouvert que par le destinataire doivent éveiller l’attention. Une disproportion entre la taille et le poids peut également constituer un indice. D’autres éléments sont susceptibles de mettre la puce à l’oreille: présence de câbles ou quantité superflue de scotch autour du paquet, odeur singulière d'amande ou de massepain ou traces de gras - autant de signes qui peuvent indiquer la présence de plastic.
Mais tout est une question de bon sens, selon les experts: une inscription erronée ne suffit pas pour conclure à la présence d'une bombe. Ce n'est que la somme des indices qui peut confirmer les soupçons.
 
 
Mesures prises à l’encontre du Yémen
 
Ces dernières semaines en l’occurrence, les soupçons pèsent tout particulièrement sur le Yémen. L’Office fédéral de l’aviation civile a d’ailleurs pris des mesures, appliquées notamment par la Poste: tous les paquets en provenance de ce pays font depuis dimanche dernier l’objet d’un contrôle systématique aux rayons X. L’OFAC précise que de manière générale les mesures de ce genre sont prises sur un plan européen. La Suisse attend donc maintenant de voir ce qui se décidera, avant d’éventuellement adapter ses consignes de sécurité. De son propre chef, la Poste suisse a en outre décidé jeudi d’étendre le scannage systématique à une liste d’autres pays qualifiés de risqués. Impossible toutefois de savoir quels sont ces pays.

On est tout de même loin de la psychose générale. Si le géant jaune dit constater que la menace peut être réelle, sa porte-parole précise que de toute manière, des contrôles sont effectués en permanence sur les colis. Même calme du côté de l’Office fédéral de l’aviation civile, qui nous précise qu’en matière de sécurité, réévaluations et adaptations sont monnaie courante. /lbe

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.