Rupture de style à la tête de la police jurassienne

Olivier Guéniat est officiellement devenu mercredi le nouveau commandant de la police cantonale jurassienne. Le désormais ex-chef de la police judiciaire neuchâteloise reprend un poste assuré par intérim durant neuf mois par Hubert Thalmann, après la suspension d’Henri-Joseph Theubet.
 
 
Changement de méthodes
 
Cette entrée en fonction va marquer une nette rupture de style, entre les méthodes de l’ancien commandant et celles du nouveau venu, jurassien d’origine. Olivier Guéniat entend y mettre beaucoup d’humanisme et d’humanité, beaucoup de respect, beaucoup d’écoute. Il préconise la négociation, la transparence, le dialogue. A s’énerver ou taper du poing sur la table, il préfère chercher des solutions; il déclare encore n’avoir jamais engueulé quelqu'un. Olivier Guéniat a déjà testé cette méthode, et sait qu’elle fonctionne: C’est la preuve par l’acte et ça va redonner confiance, c’est certain, à tous les collaborateurs de cette police.
 
 
Accent mis sur la communication
 
Pour rétablir la confiance entre la police et la population, mise à mal ces derniers temps, le nouveau commandant mise sur la communication: via les médias pour faire le point régulièrement, en disant ce qu’on fait et en faisant ce qu’on dit, mais aussi par le biais de rencontres avec les Jurassiens, dans le cadre de débats par exemple.
 
Olivier Guéniat aura en outre pour tâche de conduire un projet novateur : l’étude de la création d’une police unique, regroupant les forces jurassiennes et neuchâteloises. Le bilan de cette étude sera connu en 2015. /lbe
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.