« Je vais faire la lessive »

La Maison de l’absinthe à Môtiers présente sa nouvelle exposition temporaire, consacrée aux astuces et détournements au temps de la clandestinité. Une exposition pensée et conçue par les collaborateurs de l’institution, qui ont collecté anecdotes et objets. Le petit espace du dernier étage de la maison est divisé en trois secteurs.

La partie appelée « faire la lessive » évoque la distillation. Elle montre un alambic fabriqué à partir d’une lessiveuse et un autre à partir d’une cocotte-minute, que certains clandestins installaient dans leur salle de bains.

Le secteur baptisé « acheter un lapin » relate la vente et le transport de l’absinthe. Pour ne pas prononcer le mot de la boisson interdite, on demandait au distillateur un lapin, une poule, un tabouret ou même un téléphone, selon son activité officielle. Une vitrine montre les objets détournés pour transporter discrètement le produit, comme des boîtes de conserve ou une canne à système.

La dernière partie, « boire un lait », répertorie les expressions utilisées pour commander et boire discrètement une absinthe dans un établissement public. On pouvait alors réclamer un lait, un lait de chèvre, un lait de tigre ou un thé de Boveresse, par exemple. Certains se servaient d’un gobelet d’Ovomaltine, opaque, pour déguster leur bleue sans la faire voir. La Maison de l’absinthe a d’ailleurs fait imprimer des gobelets opaques au nom de cette exposition à découvrir jusqu’en janvier 2017. /msa






Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.