L'éligibilité des étrangers refusée

Le Conseil d’Etat désavoué par le peuple. Les Neuchâtelois ont refusé dimanche la loi concernant l’aide à la lecture publique et aux bibliothèques à 62,3%. Le canton de Neuchâtel devra continuer à soutenir financièrement le Bibliobus.

En décembre, le Grand Conseil avait voulu supprimer progressivement le soutien de l'Etat. Il n'avait inscrit qu'une subvention réduite pour 2016, et il avait modifié la loi pour que le Bibliobus neuchâtelois soit à l'avenir de la compétence exclusive des communes. Ce résultat sans équivoque a aussi surpris le directeur du Bibliobus neuchâtelois, Adrien Laurent (les sons fonctionnent uniquement depuis la version classique du site).

Pour les partisans de la nouvelle loi, dont le président parti libéral radical neuchâtelois, il faudra se rappeler que qui commande, paye. Damien Humbert-Droz.

C’est non également au droit d’éligibilité des étrangers. Le peuple a refusé la modification de la constitution cantonale à 54% Pour l'UDC, ce résultat est une victoire : ce n'est pas encore pour cette fois que des étrangers pourront siéger au Grand Conseil ou au Conseil d'Etat. Son président, Yvan Perrin.

L'argument du président de l'UDC est démenti par les partisans du droit d'éligibilité des étrangers, dont le conseiller communal de Val-de-Travers Frédéric Mairy.

Seules les communes de Valangin (53,3%), La Chaux-de-Fonds (52,3%) et Neuchâtel (54%) ont accepté de permettre aux personnes au bénéfice d’un permis C et installé depuis 5 ans dans le canton de siéger au sein des autorités cantonales. Le taux de participation s'est élevé à 38%.

Les résultats détaillés sont disponibles sur le site de l'Etat de Neuchâtel. /mwi

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.