L'eau de La Brévine coule vers l'avenir

La station de pompage de La Brévine, une des deux que compte le réseau de la vallée. Zoom sur « La station de pompage de La Brévine, une des deux que compte le réseau de la vallée. » (touche ESC pour fermer)
La station de pompage de La Brévine, une des deux que compte le réseau de la vallée.

« C’était le prestataire idéal ». Le syndicat des eaux de la vallée de La Brévine (SEVAB) et son président Stéphane Rosselet, a convié la presse mardi matin pour annoncer la nouvelle collaboration avec Viteos. Depuis le 1er septembre 2016, l’entreprise est désormais en charge de l’exploitation et de l’entretien du réseau d’eau potable de la vallée, tout comme elle l'est déjà pour les villes de Neuchâtel, de La Chaux-de-Fonds et du Locle.

Ce rapprochement découle de plusieurs rencontres entre les communes de la vallée courant 2014, lesquelles s’inquiétaient quant à l’avenir du réseau d’eau vieillissant dont la construction a commencé en 1973. Les normes, de même que la sécurité d’exploitation toujours plus exigeantes devenaient une charge trop importante pour l’unique fontainier employé. De plus les divers travaux à réaliser étaient confiés à des entreprises privées. Enfin, cette collaboration renforce l’interconnexion mise en place en 2009 avec le réseau d’eau du Locle à l’est de la vallée.

Désormais, les employés des différents secteurs de l’entreprise Viteos prendront le relais pour surveiller les 90 kilomètres de conduites qui desservent 1500 clients. Le but est d’avoir une vision d’ensemble des projets grâce à de nouveaux outils de planification. Un service de piquet de cinq personnes sera aussi prêt à intervenir. Une manière de satisfaire également aux exigences de la loi cantonale sur la protection et gestion des eaux (LPGE) entrée en vigueur en 2015. /lre

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.