Le système du 144 doit encore être amélioré

Les services d'ntervention et de secours (photo d'illustration) Zoom sur « Les services d'ntervention et de secours (photo d'illustration) » (touche ESC pour fermer)
Les services d'ntervention et de secours (photo d'illustration)

Le transfert de la centrale d’appels d’urgence en terres vaudoises est salué, mais pas unanimement, et pas sans bémols. Les critiques du nouveau système viennent de la Ville de Neuchâtel d’une part, et de la Société neuchâteloise de pédiatrie (SNP) de l’autre.

Des coûts trop élevés

« Les régulateurs de la FUS Vaud font un excellent travail, relève Pascal Sandoz, directeur de la sécurité à Neuchâtel. Ils permettent d’intervenir rapidement et à bon escient. Par contre cela a un coût. »

Les services d’ambulance ont dû augmenter leurs effectifs pour répondre en tout temps aux appels de la centrale, passant de 48 à 66 équivalents plein-temps. Auparavant les ambulanciers exerçaient également comme pompier ce qui leur permettait plus de flexibilité. La perte de ce double métier a donc engendré des coûts supplémentaires auprès des communes.

Passage à la caisse supplémentaire pour les communes du littoral qui, mutualisation oblige, co-financent les interventions des communes où les recettes sont moins élevées.

Le « tri » des patients peut être affiné

Du côté des pédiatres, le grief va contre le tri téléphonique des patients. « Les temps de réponse au téléphone sont plus courts, explique Gilles Meylan, président de la SNP. Par contre on fait venir les enfants plus systématiquement à l’hôpital ce qui engorge les urgences, souvent par des cas qui auraient pu être traités autrement. »

D’une part et d’autre, il n’est pas question de retour en arrière, mais d’améliorer le système en place.

Un groupe de travail au sein du SNP est chargé de discuter avec la FUS afin de trouver des solutions. Du côté de la Ville de Neuchâtel, on propose de réévaluer le nombre d’ambulances et leur répartition dans le canton de Neuchâtel, pour « mieux équilibrer les forces et les dépenses ». / jca

Pour rappel 

Suite à un référendum, le peuple neuchâtelois a décidé d’externaliser en janvier 2015 la centrale d’appels à la Fondation Urgence santé vaudoise (FUS). Les appels aux 144, à la hotline pédiatrique et au numéro de garde médical sont donc renvoyés à la centrale lausannoise qui se charge de conseiller et diriger les personnes vers les bonnes instances ou d'envoyer une ambulance si besoin.

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.