Cours d’eau sous surveillance

Un dessin est parfois aussi parlant qu'un rapport. Zoom sur « Un dessin est parfois aussi parlant qu'un rapport. » (touche ESC pour fermer)
Un dessin est parfois aussi parlant qu'un rapport. (Dessin réalisé par Isabelle Butty, hydrogéologue au Service neuchâtelois de l’énergie et de l’environnement).

La santé des cours d’eau n’est pas la même d’un endroit à l’autre de la Suisse. Globalement, le canton de Neuchâtel s’en tire plutôt bien. L’Office fédéral de l’environnement a présenté son dernier rapport jeudi. Le document met en évidence le fait que la politique suisse en matière de protection des eaux a contribué à l’amélioration de leur qualité. Mais des éléments polluants entraînent des déficits qui prouvent que les cours d’eau ne remplissent pas tous leurs fonctions vitales pour l’être humain et les écosystèmes.

Le canton de Neuchâtel fait partie du réseau de surveillance des eaux de surface. Les prélèvements et observations sont réalisés en deux points : l’Areuse sous le viaduc à Boudry et le Seyon en aval de l’ancienne station d’épuration de Valangin. Des analyses chimiques sont faites tous les mois et des spécialistes se chargent de la surveillance biologique.

De manière générale, la qualité de l’eau du lac de Neuchâtel est bonne. Le rapport qui concerne la période 2011-2014 révèle qu’il y a davantage de problèmes dans les principaux cours d’eau, sans que ce soit alarmant. Les micropolluants sont pointés du doigt. Mais des mesures peuvent être prises pour améliorer la qualité de l’eau. Il existe des modules qui permettent d’équiper les stations d’épuration pour mieux traiter l’eau. Et dans l’agriculture, l’utilisation de certains produits a des conséquences négatives pour les cours d’eau. Mais une certaine prise de conscience s’opère et l’utilisation de ces produits commence à être réduite. /msa

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.