Un quart des tatoueurs et perceurs ne sont pas en règle

La bisbille entre l’Etat et certains tatoueurs et perceurs se poursuit dans le canton de Neuchâtel. Depuis l’entrée en vigueur de la nouvelle Loi sur la police du commerce et les établissements publics, les professionnels doivent avoir une autorisation d’exercer. Or, un quart d’entre eux ne sont toujours pas en règle. Pour obtenir cette autorisation, les professionnels doivent montrer patte blanche.

Pierre-François Gobat, chef du Service de la consommation et des affaires vétérinaires :

( Interviews accessibles uniquement depuis la version classique du site)

Un argument qui ne convainc pas, mais alors pas du tout Ines, perceuse à Neuchâtel depuis de nombreuses années et titulaire de cette autorisation:

Il faut dire qu’aux personnes qui n’ont pas encore obtenu leur sésame s’ajoutent celles qui travaillent au noir. L’Etat affirme qu’il n’a pas l’intention de les laisser exercer en toute impunité. On retrouve Pierre-François Gobat :

Mais la principale pierre d’achoppement concerne la formation des collaborateurs du Service de la consommation et des affaires vétérinaires. Ce sont des généralistes qui ne maîtrisent pas dans les détails le savoir-faire de chaque métier, ce que déplorent certains professionnels. Se faire contrôler oui, mais par des personnes compétentes. Raph, tatoueur à Neuchâtel, lui aussi en possession de cette fameuse autorisation d’exercer :

Ines va plus loin: elle estime que ce papier n’a aucune valeur, si ce n’est financière. Son prix a même fait fuir certains praticiens :

Pierre-François Gobat admet que ses collaborateurs ne sont pas spécialisés dans chaque domaine, mais ils ont une formation qui leur permet d’agir pour assurer la santé publique :

Un discours qui ne fait pas mouche du côté des personnes remontées contre le Canton. Ines s’étonne également que les pharmaciens qui font des trous ne soient pas soumis à cette autorisation puisqu’ils dépendent de la Loi sur la santé.

Ines regrette également que la liste des personnes en règle ne figure pas sur le site de l’Etat:

Une préoccupation que comprend Pierre-François Gobat:

La publication de cette liste semble être le seul point qui rassemble les deux parties.

Un sujet proposé par Sarah Massy.

 

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.