Réactions contrastées après le report des élections

La présence d'un matériel de propagande à l'entrée du bureau de vote viole la loi neuchâteloise sur les droits politiques. Les pro-fusion font recours contre le résultat du vote. Zoom sur « La présence d'un matériel de propagande à l'entrée du bureau de vote viole la loi neuchâteloise sur les droits politiques. Les pro-fusion font recours contre le résultat du vote. » (touche ESC pour fermer)
C'est la présence d'un matériel de propagande à l'entrée du bureau de vote qui est à l'origine du recours déposé contre le résultat de la votation du 5 juin sur la fusion.

Les communes de Neuchâtel, Peseux, Corcelles-Cormondrèche et Valangin sont dans l’expectative. Elles attendent de voir quelle date leur sera proposée pour la tenue des élections communales, qui ne peuvent finalement pas avoir lieu le 23 octobre en raison du recours déposé contre le résultat de la votation sur la fusion de Neuchâtel-Ouest du 5 juin.

La Chancellerie d’Etat annonce que ce délai ne sera pas tenable en raison des vacances judiciaires et du délai de traitement du recours. La date du 27 novembre est avancée pour le nouveau scrutin, mais sans aucune garantie.

Tour d’horizon des réactions

Le sentiment d’agacement est tout particulièrement vif du côté de Corcelles-Cormondrèche. Pour le conseiller communal Thomas Perret, cette situation n’est confortable pour personne. Elle donne un coup de frein à la recherche de candidats au sein des partis. À ses yeux, il aurait été bien que les nouvelles autorités prennent en main dès le départ le nouveau plan comptable qui doit entrer en vigueur le 1er janvier et qu’elles gèrent elles-mêmes les investissements qui ont déjà été retardés en raison du vote sur la fusion. Thomas Perret évoque aussi une législature qui ne cesse de se prolonger pour les actuels élus, une première fois en raison de la fusion et une deuxième fois à cause du recours.

Du côté de Peseux, un certain agacement transparaît aussi de la voix du conseiller communal PLR Michel Rossi, qui attend de voir à quelle date se tiendra ce scrutin.

Les socialistes sont en revanche soulagés. Le parti dit avoir ainsi un peu plus de temps pour recruter des candidats ; un recrutement rendu difficile par l’ambiance délétère engendrée par la fusion notamment.

Une certitude : le visage du Conseil communal de Peseux risque de beaucoup changer. Le socialiste Mathieu Lavoyer ne se représentera pas. Sa collègue de parti Jacqueline Zosso laisse encore planer le doute. Le PLR Attila Georges Tenky se retirerait également.

Quant à la Ville de Neuchâtel, elle prend acte de ce report. Les conseillers généraux et les partis ont été informés. Tout continuera de fonctionner normalement en attendant le nouveau scrutin, selon le service de communication. Du côté du Conseil communal, seul Pascal Sandoz a annoncé sa volonté de se retirer à ce jour. Il affirme qu’il restera aussi longtemps qu’il faudra, en attendant que les nouvelles autorités entrent en fonction.

Même son de cloche du côté de Valangin, où le Conseil communal tourne déjà à quatre élus au lieu de cinq depuis fin juin en raison du départ, pour des raisons personnelles, de Daniel La Grutta.

Les Verts’libéraux vont tenter de se profiler

Les Vert’libéraux, qui se sont beaucoup engagés en faveur de la fusion de Neuchâtel-Ouest souhaitent présenter des candidats dans les quatre communes engagées dans le processus. Ils présenteront des listes à Neuchâtel et à Peseux et probablement à Corcelles-Cormondrèche. Les listes sont en train d’être constituées. Quant à Valangin, la question est encore ouverte. /sbe-sma

Partager
Link

Galerie photos liée

05.06.2016
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.