Legrix éjecté, les fusions coulées

Jean-Charles Legrix quitte l'exécutif chaux-de-fonnier. Zoom sur « Jean-Charles Legrix quitte l'exécutif chaux-de-fonnier. » (touche ESC pour fermer)
Jean-Charles Legrix quitte l'exécutif chaux-de-fonnier.

Coup de tonnerre à La Chaux-de-Fonds, où le conseiller communal Jean-Charles Legrix n’est pas réélu. Sur le Littoral neuchâtelois, les deux fusions de Neuchâtel-Ouest et de l’Entre-deux-Lacs capotent.

Legrix pas réélu

L’UDC Jean-Charles Legrix n’est pas réélu à l’exécutif de la Ville de la Chaux-de-Fonds. C’est son colistier Marc Arlettaz qui remporte le siège. Sont également élus, les socialistes Théo Huguenin-Elie et Katia Babey, le POP Théo Bregnard et la libérale-radicale Sylvia Morel. Quant aux Verts, ils n’ont pas réussi à maintenir le siège de Nathalie Schallenberger. Au législatif, le PLR, le POP et l'UDC sont les gagnants. Même si le Parti socialiste termine en tête, il perd deux sièges au législatif et se retrouve avec 10 conseillers généraux. Le PLR fait la bonne affaire du jour en récoltant 3 sièges supplémentaire et en détient un total de 10. Le POP s'octroie 8 sièges, soit un de plus que lors de la précédente législature tandis que l'UDC prend aussi un siège supplémentaire pour culminer à sept. Du côté des perdants, les Verts doivent se passer de deux sièges et se retrouvent à 5. Le Nouveau parti libéral, lui, a sombré en perdant ses deux seuls sièges. Petit nouveau, le PDC fait son entrée au Conseil général avec un représentant.

Au Locle, c’est le statut quo à l’exécutif ; les cinq sortants sont réélus, avec les POP Denis de la Reusille et Cédric Dupraz. Sont également réélus les libéraux-radicaux Claude Dubois et Jean-Claude Wettstein, tout comme le Vert Miguel Perez. Au législatif, le PLR gagne deux sièges ; le parti récupère un siège au PDC, qui n’avait pas pu déposer de liste, et le PLR prend aussi un siège au POP.

A Val de Travers, l’UDC progresse. Le parti agrarien décroche trois sièges supplémentaires au législatif et disposera désormais de 9 élus. Le PLR, de son côté, en perd trois et a désormais 14 élus. Le PS perd lui un siège et aura désormais 13 représentants, alors que les Verts en gagnent un et ont désormais trois élus. C’est le statut quo pour le POP, avec deux élus.

A Val-de-Ruz, l’UDC entre au conseil général avec 5 sièges, au détriment du PLR, qui perd 4 sièges. Le PS perd trois sièges au profit des Verts qui en gagnent deux. A noter également que la conseillère communale Anne-Christine Pellissier est la dernière élue sur la liste PLR, elle doit son élection à la règle encore en vigueur à Val-de-Ruz qui veut que chaque ancienne commune possède un siège assuré au législatif. A l’antenne, la libérale-radicale a indiqué que sa candidature au Conseil communal allait être discutée avec son parti.

A Cortaillod, l’UDC fait une percée, avec 5 élus sur 41. Ce bon score se fait notamment au détriment du PLR qui perd trois sièges, mais le PS en perd un et les Verts en gagnent un.

A Boudry et à St-Aubin, le PS perd chaque fois un siège au profit du PLR.

A Milvignes, les Verts gagnent 3 sièges et ont désormais 5 représentants. Le PS en perd 2, les Vert’libéraux font leur entrée officielle avec un siège ; le PLR, lui, gagne deux sièges et devient du coup majoritaire avec 21 élus. Quant à la Grappe, la formation perd des plumes, la Grappe perd trois sièges.

Les Vert’libéraux font leur entrée à Hauterive avec deux représentants. Au Landeron, le parti canette augmente sa représentation de cinq sièges, alors que le PLR en perd cinq.

Pas de fusion sur le Littoral

C’est non, et c’est même un double non aux projets de fusion sur le Littoral.

Le projet de Neuchâtel-Ouest est enterré. Peseux a dit non à la fusion, un non qui se monte à 54%, il y a 158 voix d’écart entre les « oui » et les « non ». Cette fusion est donc enterrée, même si  Valangin a dit oui (63 %). Corcelles Cormondrèche est pour aussi, à 55%.  Le oui grimpe à 73% en ville de Neuchâtel ; presque trois citoyens sur quatre ont adopté ce projet.

Un recours n’est pas exclu. Les anti-fusions tenaient dimanche matin un stand, avec des banderoles, devant le bureau de vote de Peseux, ce qui semble contrevenir à la loi neuchâteloise sur les droits politiques. Certains citoyens ont indiqué réfléchir à un éventuel recours.

Quant au projet de fusion de l’Entre-deux Lacs, ce projet est aussi mort puisque St-Blaise dit non à cette fusion, un non qui se monte à 57%, ce qui rend caduque la fusion, qui avait déjà été refusée l’an dernier par Le Landeron. Toutes les autres communes disent oui au projet. Ce qui permettra peut-être de relancer un projet de fusion sous la forme 2x4 communes, en englobant cette fois Le Landeron et Hauterive. C’est en tous cas ce qu’indiquent les opposants au projet qui était soumis au peuple ce dimanche.

Le président du comité de pilotage de Neuchâtel-Ouest, Pascal Sandoz, a de son côté estimé que ces deux échecs de fusion allaient permettre de réfléchir de manière plus globale aux fusions qui pourraient éventuellement se réaliser au sein de l’agglomération du Littoral neuchâtelois. /aju-red

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.