Restaurateurs : dernière ligne droite pour se mettre en conformité

Pierre-François Gobat, SCAV, Service de la consommation et des affaires vétérinaires, Gobat Zoom sur « Pierre-François Gobat, SCAV, Service de la consommation et des affaires vétérinaires, Gobat » (touche ESC pour fermer)
Pierre-François Gobat, chef du Service de la consommation et des affaires vétérinaires.

Piqûre de rappel pour les restaurateurs du canton de Neuchâtel : le Service de la consommation et des affaires vétérinaires a envoyé une lettre à tous les établissements la semaine dernière pour leur rappeler de faire les démarches nécessaires pour obtenir leur permis d’exploitation d’ici fin 2017, sans quoi les restaurateurs seront contraints de fermer leurs portes. Il s’agit là d’une des exigences liées à la nouvelle Loi sur la police du commerce et des établissements publics.

Ces exigences poussent certains à se mettre en conformité. D’autres font des choix différents. Le restaurant des Oeillons à Noiraigue a, par exemple, décidé d’installer une structure légère à l’extérieur pour assurer un service de buvette dès que les autorisations seront accordées.

Oeillons, Noiraigue, Restaurant Zoom sur « Oeillons, Noiraigue, Restaurant » (touche ESC pour fermer)
Les Oeillons à Noiraigue.

La cuisine actuelle n’est plus aux normes et les travaux et investissements nécessaires sont trop coûteux. Rien que pour installer une hotte d’aspiration, il faut compter plusieurs dizaines de milliers de francs. L'exploitant devrait aussi modifier les plans de travail qui ne sont pas dans un matériau admis, acheter un nouveau lave-vaisselle et modifier l’accès à la cuisine. Les exploitants vivent à l’année dans ce bâtiment et la cuisine de la famille est aussi celle dans laquelle étaient préparés les repas des clients. Or les animaux tels que les chiens et les chats ne sont plus tolérés dans la cuisine des métairies.

Le témoignage de Stéphane Oppel, patron des Oeillons à Noiraigue, au micro de Marylise Saillard :

A ce jour, entre 500 et 600 établissements sur le millier que compte le canton de Neuchâtel doivent encore obtenir leur permis d’exploitation d’ici fin 2017. Ce permis d’exploitation définit les critères à respecter en matière d’hygiène, mais aussi d’infrastructures comme le système électrique, le système incendie, etc. Pour l’obtenir, les restaurateurs doivent obtenir l’aval du Service de la consommation et des affaires vétérinaires ainsi qu’un préavis positif de la commune où ils se trouvent. /sbe

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.