Une nouvelle politique salariale qui fait déjà des étincelles

Fin 2015, la fonction publique neuchâteloise manifestait déjà dans le cour du Château. Aujourd'hui, d'autres manifestations sont à prévoir au vu du mécontentement des syndicats. Zoom sur « Fin 2015, la fonction publique neuchâteloise manifestait déjà dans le cour du Château. Aujourd'hui, d'autres manifestations sont à prévoir au vu du mécontentement des syndicats.  » (touche ESC pour fermer)
Fin 2015, la fonction publique neuchâteloise manifestait déjà dans le cour du Château. Aujourd'hui, d'autres manifestations sont à prévoir au vu du mécontentement des syndicats.

Le canton de Neuchâtel veut se doter d’une grille salariale pérenne. Deux ans après avoir mis sur pied un système transitoire qui a pour but d’assainir les finances du canton, le gouvernement soumet aujourd’hui ses propositions définitives aux syndicats du personnel. Ces derniers sont fâchés.

Le Conseil d’Etat estime que son nouveau système est harmonisé et conforme à la pratique d’autres cantons. Il doit permettre de renforcer l'attractivité du secteur public et garantir une meilleure équité entre les différentes catégories de personnel. Dès le 1er janvier prochain, la rémunération des enseignants et des employés de l’administration cantonale progressera de manière identique.

Les syndicats sont aujourd’hui appelés à prendre position sur le dossier avant que le gouvernement ne statue définitivement.

Mais leur réaction n’a pas tardé. Dans un communiqué commun, les syndicats rejettent unanimement le projet du gouvernement.

Ils estiment que le Conseil d’Etat fait fit de leurs propositions, de leurs revendications et qu’il est responsable de la rupture du dialogue. Les syndicats se demandent même si en mettant sur pied un groupe de négociation qu’ils jugent « alibi », le gouvernement n’a pas cherché à gagner du temps pour valider des décisions douloureuses déjà arrêtées.

Trois raisons principales poussent les syndicats à rejeter cette proposition. D’abord, les salaires de carrière des enseignants seront réduits. Ensuite, les salaires des basses classes de la fonction publiques seront rabotés. Troisième et dernier point, les syndicats estiment qu’il n’y a pas eu de véritables négociations et que le Conseil d’Etat a fait la sourde oreille à toutes leurs propositions.

Les syndicats quittent la table des discussions et annoncent vouloir désormais consacrer leur énergie à l’organisation de la mobilisation de la fonction publique. /aju

Entretien téléphonique avec le co-président de la section enseignant du Syndicat des services publics, Michel Gindrat. Ce qui ne convient pas aux syndicats, c'est d'abord le contenu de cette nouvelle grille :

(Son disponible depuis la version classique du site internet.)

Quant au gouvernement, le Conseil d'Etat neuchâtelois défendra sa position lors d'une conférence de presse agendée durant la semaine du lundi 13 juin. /aju

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.