Lumière sur le financement du musée des civilisations de l’Islam

Nadia Karmous aura consacré plus de 15 ans pour la conception de Zoom sur « Nadia Karmous aura consacré plus de 15 ans pour la conception de
Nadia Karmous aura consacré plus de 15 ans à la conception de "son" musée.

Un musée et des polémiques.

Alors que le Musée des civilisations de l'Islam sera inauguré dans une semaine à La Chaux-de-Fonds, les personnes à l’origine du concept ont présenté les lieux à la presse vendredi matin. A cette occasion, les concepteurs du musée et la directrice, Nadia Karmous, ont voulu jouer la carte de la transparence devant plus d'une vingtaine de journalistes quant au financement de l'opération.

La directrice s'est longuement attardée sur sa recherche de fonds pour le musée, soit 4 millions de francs en tout. Elle a déclaré qu'elle n'avait pas voulu demander de l'argent à l'État, par principe et pour éviter des polémiques. Sa quête a donc commencé en Suisse où de nombreuses possibilités sont restées en suspens. Nadia Karmous s’est alors tournée vers des amis de longue date qui vivaient sur la Riviera vaudoise pour trouver ces fonds, ainsi que des fondations des pays du Golfe qu’elle a d’ailleurs tenu à nommer. Parmi elles, le Qatar Charity, qui a souvent été accusé de financer la promotion d'un Islam militant et extrémiste. Mais selon Nadia Karmous, les donateurs n'ont jamais eu de demandes par rapport au contenu du musée et les concepteurs ont bénéficié d'une indépendance totale. 

Un musée qui bannit la politique

Les concepteurs du musée ont, eux, présenté leur projet en martelant qu'il ne représentait qu'un islam historique et scientifique et non pas politique. Pour l'instant, le musée se focalisera sur l'histoire sans aborder les problématiques modernes. C'est le vœu des concepteurs. Aucun courant de l'Islam ne sera mis en avant de même que les événements d'actualité, mais ce pourrait être le cas lors d'expositions temporaires futures.

Mauvais timing

Nadia Karmous s'est aussi émue de la réaction négative du public quant au projet de complexe accolé au musée, qui verra l'apparition de commerces, d'appartements et d'une piscine privée à l'avenir. Elle avoue que le timing n'était pas opportun et que c'est à cause d'un concours de circonstances que ces deux projets se sont retrouvés liés. Mais cette dernière assure que ce projet sera à destination du public et n'aura pas de dérives communautaristes. Le projet immobilier, devisé à 22 millions, prévoit des surfaces commerciales, cinquante-sept appartements de 2,5 à 5,5 pièces et une piscine privée. Il doit permettre d’assurer la pérennité du musée. /jha

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.