Une exposition dédiée aux outils au Jardin botanique

Jardin botanique, Neuchâtel, Terre d'outils, outils Zoom sur « Jardin botanique, Neuchâtel, Terre d'outils, outils » (touche ESC pour fermer)
L'un des postes est consacré à la vannerie.

L’outil comme lien entre l’homme et les plantes : c’est sur cette thématique que se base la nouvelle exposition temporaire du Jardin botanique de Neuchâtel, la plus grande jamais réalisée sur le site selon son directeur Blaise Mulhauser. Le public est invité à parcourir 14 postes répartis sur 4 hectares.

L’exposition « Terre d’outils » est à découvrir dès dimanche et jusqu’au 15 octobre 2017. Elle vise à mettre en lumière les outils, mais également les plantes, qui permettent depuis des siècles à l’homme de se nourrir, de s’habiller ou encore de se soigner. Le Jardin botanique s’appuie principalement sur la collection qui lui a été donnée par Willy Haag, citoyen de Bôle, et qui comprend plus d’un millier d’outils.

Riche vocabulaire

L’exposition s’attache aussi à la dimension linguistique des outils, en évoquant la richesse d’un vocabulaire rural et artisanal aujourd’hui en grande partie oublié. Pour ce faire, le Jardin botanique collabore avec des chercheurs du Glossaire des patois de la Suisse romande, lié à l’Université de Neuchâtel, qui possède un fonds dédié à ce vocabulaire.

Entre 1943 et 1947, le linguiste Wilhelm Egloff a parcouru une vingtaine de localités de Suisse romande pour récolter les termes utilisés par les paysans et les artisans pour décrire leurs outils et leur façon de travailler. Pour ce faire, il était accompagné du peintre Paul Boesch qui a établi plus de 2'000 esquisses des outils en question pour permettre ensuite aux collaborateurs du glossaire de rédiger leurs articles de la manière la plus précise possible. Ce travail linguistique est mis en lumière, notamment dans une des salles de la Villa du Jardin botanique. Une conférence est également consacrée à cette thématique le 12 mai à 18h à la Maison du Pertuis, à côté du Jardin botanique.

Répertorier la gestuelle

Dans le cadre de ce projet, une série de films courts est aussi en train d’être réalisée pour conserver la gestuelle en lien avec le maniement des outils. Des artisans et des paysans de la région expliquent devant la caméra le fonctionnement de leurs outils, allant de la faux au pic à gentiane. Ces films sont à découvrir tout au long du parcours et constitueront à terme une forme d’encyclopédie du patrimoine gestuel immatériel.

Les végétaux sont par ailleurs omniprésents dans cette exposition en filigrane des outils qui permettent de les cultiver. Les visiteurs pourront partir à la découverte des vertus de certains d’entre eux dans le jardin des plantes médicinales. À titre d’exemple, on citera l’ortie et ses vertus diurétiques ou encore la sauge des prés utilisée contre les rhumatismes.

Le visiteur est aussi appelé à s’interroger sur la forme des outils de demain, notamment avec le développement des technologies informatiques.

L’ouverture de l’exposition coïncide avec la Fête de printemps organisée dimanche au Jardin botanique. Quatre artisans présenteront leur savoir-faire, dont une tailleuse de pierre et un tourneur sur bois. /sbe

Une vigne biodynamique traitée sans moyens mécaniques est en test au Jardin botanique.
Une vigne biodynamique traitée sans moyens mécaniques est en test au Jardin botanique.

Blaise Mulhauser, directeur du Jardin botanique, sous un calendrier évoquant la vie rurale au 15e siècle.
Blaise Mulhauser, directeur du Jardin botanique, sous un calendrier évoquant la vie rurale au 15e siècle.


Une barrière réalisée à l'ancienne.
Une barrière réalisée à l'ancienne.

 José Richard, responsable de la collection d'outils du Jardin botanique.
José Richard, responsable de la collection d'outils du Jardin botanique.

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.