Les camps de ski restent d'actualité

On le sait : le Service cantonal des sports sera supprimé dès 2017. Dans la foulée, l’Etat de Neuchâtel envisage de ne plus s’occuper de la gestion des chalets destinés aux camps de ski.

Le Service cantonal des sports s’occupe actuellement de la gestion de sept chalets en Valais, loués pour l’hiver ou à l’année : l’un appartient à la Caisse de pension de l’Etat, les six autres à des propriétaires privés. Les baux courent jusqu’en 2018, voire 2019. Ils vont certainement tous être résiliés.

Le Service cantonal des sports assume en quelque sorte un service de gérance, entre les écoles et les propriétaires privés, additionné de quelques prestations supplémentaires comme la mise à disposition du personnel chargé de l’intendance.

L’abandon de ces prestations ne met pas en péril les camps de ski. Ceux-ci sont organisés par les Centres scolaires régionaux et ils n’ont pas tous lieu dans des chalets loués par le Service cantonal des sports.

Les camps ne coûtent rien au Canton. Ils sont financés par les participants eux-mêmes, les subsides fédéraux de Jeunesse et Sport ainsi que par le fonds cantonal du sport alimenté par la Loterie romande. Quelques communes mettent également la main au porte-monnaie.

C’est vrai : le nombre de camps de ski a diminué. Mais ils sont remplacés par des semaines ou des journées hors cadre : camps multisports, nautiques ou encore semaines vertes. L’important est de donner le goût de l’activité physique aux élèves, relève Jean-Claude Marguet, le chef du Service de l’enseignement obligatoire. De répondre aux objectifs « corps et mouvements » du plan d’études romand. Et cela ne passe plus uniquement par le ski. /mne

 

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.