L'analyse des cratères géants du lac de Neuchâtel va de l'avant

 Zoom sur «   » (touche ESC pour fermer)
Le lac de Neuchâtel cache encore de nombreux secrets.

Le Centre d'hydrogéologie et de géothermie de l'Université de Neuchâtel veut continuer à analyser les cratères découverts dans le lac.

Ce dernier a fait une demande au Canton pour installer une petite station à l’entrée du cratère principal, soit celui de Chez-le-Bart. Cette station doit permettre de mesurer les flux et leur température sur une longue période. Il s'agit de déterminer si la pluie ou la fonte des neiges sur les hauteurs se retrouve dans les flux qui émergent des trous.

 

Le relevé qui change tout

L’année passée, des chercheurs en hydrologie de l’Université de Neuchâtel et de l'EPFZ ont fait la découverte surprise de cratères dans le lac de Neuchâtel. C'est d'ailleurs complètement par hasard que les chercheurs ont mis au jour leur existence. Le centre de géoinformation de la Confédération procède à des relevés topographiques de manière régulière et l’année passée le relevé bathymétrique, soit des fonds lacustres, bien plus précis, a révélé les fameux cratères.

Les chercheurs ont alors répertorié quatre entonnoirs situés à hauteur de Treytel, à la Lance, à Serrières et au large de Chez-le-Bart. Ce dernier est le plus imposant de tous avec un diamètre de plus de 150 mètres pour une profondeur minimum de 60 mètres. La surface de ce fameux cratère se situe à 134 mètres en dessous de la surface du lac, soit à profondeur importante.

On explique la création de ces trous par de mini tremblements de terre ou de petites éruptions qui auraient pu se produire il y a 2400 ans.

Cratères peu fréquents dans les lacs

Les entonnoirs de ce type ne sont pas légion dans les lacs de Suisse. Ceux du lac de Neuchâtel sont les plus imposants jamais découverts. Fait particulier : des flux d’eau remontent des cratères pour se répandre dans le lac et ces flux sont plus chauds que la température au fond du lac soit 8 degrés à la place de 5.

Désormais, il faudra déterminer d’où vient l’eau qui est expulsée dans le lac. Mais les premières théories poussent à penser que l’eau proviendrait des montagnes du Jura. En effet, le sol karstique du Jura permet à l’eau de traverser les couches de roches et il est probable que cette eau puisse ressortir dans le lac. En tout cas, la découverte des cratères pourrait expliquer les anomalies du budget hydrologique du lac de Neuchâtel. La provenance de l’entier de l’eau du lac est toujours un peu un mystère.

Trop profond pour les plongeurs

Pour l’instant, seul un véhicule télécommandé a été envoyé dans le plus grand des cratères pour procéder à des relevés. Les plongeurs ne peuvent pas descendre à une telle profondeur.  L'installation d'une centrale de mesure pourrait éclaircir l'origine de cette arrivée d'eau dans le lac. /jha

Partager
Link

Galerie photos liée

01.11.2014
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.