La fusion de Neuchâtel ouest passe un premier cap

Fusion, Neuchâtel ouest, Vignoble, Peseux Zoom sur « Fusion, Neuchâtel ouest, Vignoble, Peseux » (touche ESC pour fermer)
Les élus des quatre communes se sont retrouvés à Peseux à l'issue des votes pour célébrer l'avancée du projet de fusion.

Le sort de la fusion de Neuchâtel ouest est désormais entre les mains du peuple. Les conseils généraux de Neuchâtel, de Peseux, de Corcelles-Cormondrèche et de Valangin ont accepté de fusionner lundi soir. Ils ont adopté les conventions en ce sens. Cette première étape permettra de faire passer le projet devant le peuple le 5 juin.

Si la population donne également son aval, la commune fusionnée verra le jour le 1er janvier 2017. Elle prendra le nom et les armoiries de Neuchâtel, mais les autres noms et armoiries continueront d’être utilisés en parallèle. Une convention de fusion de substitution a par ailleurs été prévue. Dans le cas où la population de Valangin refuserait le projet, la fusion pourrait tout de même se faire entre les trois autres communes.

Large plébiscite à Neuchâtel

Du côté de Neuchâtel, le projet de fusion a très largement été adopté par 38 voix pour et 2 abstentions. Les élus ont souligné la nécessité de s’unir pour avoir plus de poids auprès du Canton et des autres communes, ainsi que pour offrir davantage de prestations. Ils ont été nombreux à dire que les frontières communales actuelles étaient dépassées. Le président du groupe PLR, Julien Spacio, a quant à lui fait part de la nécessité de laisser le choix au peuple sur le sujet.

Une seule voix discordante s’est élevée des rangs du PLR : celle de Philippe Mouchet qui déplore de son côté un projet peu ambitieux. Il attendait de ces conventions de fusion qu’elles proposent déjà davantage d’efficience sur le plan administratif ainsi qu’un nouveau mode électoral où le système proportionnel céderait sa place au système majoritaire.

Débat plus animé à Peseux

C’est à Peseux que le débat a été le plus vif. Au final, le Conseil général a accepté la convention de fusion à quatre communes par 26 oui et 13 non. L’arrêté concernant la fusion sans Valangin a aussi passé la rampe par 24 pour et 15 contre. Une partie du PLR, certains PBD et deux socialistes ont exprimé leur désaccord face la majorité. Les opposants déplorent un manque de détails figurant dans les conventions et des chiffres irréalistes mais ils s’accordent tout de même sur le fait de laisser la population décider du sort de la future commune fusionnée.

Pas de surprise du côté de Corcelles-Cormondrèche et de Valangin : les législatifs ont majoritairement accepté les deux conventions de fusion, par respectivement 31 voix pour et 3 contre et à l’unanimité du côté de Valangin.

Par 26 oui et 13 non, le Conseil général de Peseux a accepté la convention de fusion. Zoom sur « Par 26 oui et 13 non, le Conseil général de Peseux a accepté la convention de fusion. » (touche ESC pour fermer)
Par 26 oui et 13 non, le Conseil général de Peseux a accepté la convention de fusion.

Les contours de la nouvelle commune

Sur le plan politique, le nouveau Conseil communal de la commune fusionnée compterait 5 membres et le Conseil général 41, tous élus au système proportionnel.

Du côté des finances, le coefficient fiscal de la commune fusionnée serait fixé à 69 points, comme à Neuchâtel, soit le taux le plus bas des quatre communes. Le budget prévisionnel table sur un léger excédent de recettes et une capacité d’investissement annuelle de 29,4 millions de francs.

Des assemblées citoyennes seraient également mises sur pied pour permettre aux habitants d’exprimer et de transmettre leurs craintes ou leurs attentes au monde politique.

La commune fusionnée comprendrait 45'000 habitants et deviendrait ainsi la première ville du canton et la troisième de Suisse romande. /ali-sbe

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.