Le pont du Manège sera rénové

 Zoom sur «   » (touche ESC pour fermer)
Le pont sera fermé au trafic durant 3 mois en 2017. (Photo d'archives)

Ordre du jour chargé jeudi soir lors du Conseil général de La Chaux-de-Fonds. La séance s'est ouverte sur une élection, celle de la présidence du législatif. C'est le socialiste Daniel Musy qui a été élu pour la fin de la législature jusqu'en juin pour succéder à Celia Clerc, nommée récemment chancelière communale et qui prendra sa fonction d'ici au 1er mai.

Axe stratégique du trafic pendulaire à l'est de la ville, le pont du Manège enjambant la rue de l'Hôtel-de-Ville sera rénové. Les élus ont accepté à l'unanimité deux crédits d'un montant total de 4, 485 millions de francs procéder à des travaux d'assainissement de l'ouvrage durant l'été 2017. Sa durée de vie sera prolongée de 40 ans au moins. Le projet de chantier a parfois été jugé « pas idéal » par certains élus, mais en adéquation avec les moyens financiers actuels de la ville. Une nouvelle signalisation lumineuse verra également le jour pour le train aux carrefours de la Tranchée et de la rue de l'Étoile.

Un postulat des Verts, amendé par le Conseil communal a également été accepté par 21 voix contre 15. Le Conseil communal est chargé d'étudier la possibilité de mettre en place une zone limitée à 30 ou 40 kilomètres à l'heure sur ce tronçon, comme cela existe déjà à proximité du collège de la Charrière.

Parmi les autres points à l'ordre du jour, les élus ont également accepté par 28 voix contre 3 un crédit de 728'000 francs pour le renouvellement et l'achat de matériel et de véhicules. Plusieurs motions et postulats en suspens de ces 15 dernières années ont également été classés à l'issue de plusieurs votes.

Les partis unis pour la sécurité sanitaire des Montagnes

C'est d'une seule voix que les partis de l'assemblée ont souhaité revenir en début de séance sur l'actualité de l'Hôpital neuchâtelois en déposant une motion urgente. À la suite des mises en garde d'anciens médecins dans la presse, les élus demandent au Conseil communal de vérifier si les dangers relevés par ceux-ci sont réels en sollicitant le Conseil d'Etat, l'Hôpital neuchâtelois et une expertise extérieure. Enfin, ils demandent également à l'exécutif et à son service juridique d'examiner si le non-respect de la loi et des décisions politiques pourraient faire l'objet d'une action judiciaire. La demande devrait être traitée avant la fin de la législature en juin./lre

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.