Le petit noir en capsule, version neuchâteloise

La capsule a révolutionné le marché du petit noir il y a de nombreuses années. Depuis la fin de son brevet, Nespresso n’a plus le monopole et les torréfacteurs régionaux se sont lancés sur le marché avec des capsules compatibles.

Avec un certain succès. La Semeuse à La Chaux-de-Fonds a produit 3,5 millions de capsules l’an dernier et vient de décliner deux nouvelles saveurs dans ce format. La torréfaction Au Moka à Neuchâtel propose trois variétés qu’elle produit à raison d’un demi-million de capsules par année. Des chiffres qui restent extrêmement faibles par rapport au géant Nespresso qui vend 9 milliards de portions de café par an à travers le monde, dont environ un milliard en Suisse.

 

Pas d'auto-concurrence

Pour les deux entreprises neuchâteloises, il s’agit surtout de récupérer les clients qui avaient succombé aux sirènes Nespresso. Un pari là aussi réussi : les ventes de café en grain, moulu ou en dosettes papier n’ont pas baissé.

Pour les torréfacteurs, le passage par la capsule est inévitable. Ce mode de consommation représente 40% du marché du café en Suisse.

A ce jour, La Semeuse et Au Moka ne s’occupent que de torréfier et moudre les précieux grains. Le conditionnement est assuré par une entreprise spécialisée. Si les ventes continuent de prendre l’ascenseur, les deux maisons n’hésiteront pas à investir dans leur propre chaîne de production.

Ce succès des capsules neuchâteloises n'incite pas Nespresso à ouvrir une boutique telle qu'il en existe à Bienne ou Fribourg et dans les principales villes de Suisse dans le canton. /mwi

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.