Père au comportement déviant condamné

Tendances pédophiles d'un loclois Zoom sur « Tendances pédophiles d'un loclois  » (touche ESC pour fermer)
Un Loclois a été condamné à 18 mois de peine privative de liberté et à suivre un traitement.

Coupable sur toute la ligne. Le Tribunal criminel de La Chaux-de-Fonds a condamné un homme de 45 ans pour actes d’ordre sexuel avec des enfants, contraintes sexuelles, pornographie et désagréments causés par la confrontation à des actes d'ordre sexuel. Le prévenu domicilié au Locle écope de 18 mois de peine privative de liberté. Il devra ensuite suivre un traitement institutionnel pendant deux mois avant de suivre un traitement ambulatoire. Sa principale victime est l’une de ses quatre filles, âgée de 9 ans.

 

Lourds antécédents familiaux

Le président du tribunal, Alain Rufener, a tenu compte des constats d’un expert psychiatre. Le prévenu souffre d’un léger retard mental, il a un quotient intellectuel de 70. Le procureur, Nicolas Aubert, a de son côté mis en avant des aspects particuliers de la personnalité du père de famille. Cet homme a déclaré aux policiers être la réincarnation de Merlin l’enchanteur. Après 19h, il aime se déguiser en femme, il porte souvent des vêtements féminins, des perruques et change sa voix, seul ou devant ses enfants. Il a aussi ouvert plusieurs comptes sur Facebook, se faisant passer pour des adolescentes de 14 et 16 ans.

Le contexte familial est très lourd. L’homme et son frère cadet sont le fruit d’un inceste. Le frère, âgé de 41 ans, a été condamné en décembre dernier dans le canton de Fribourg à 18 ans d’emprisonnement pour avoir fait subir de terribles sévices sexuels à l’une de ses filles pendant six ans.

 

La victime principale âgée de 9 ans

L’affaire neuchâteloise concerne des faits qui ont eu lieu à deux reprises en mai 2015, au domicile du père. Il était ivre lorsqu’il a reçu ses deux plus jeunes filles, âgées de 7 et 9 ans, pour un week-end. Il leur a demandé de se mettre nues et de le rejoindre dans son lit « pour lui faire plaisir ». La plus jeune n’est pas restée longtemps, elle a passé la nuit dans une autre chambre. Mais sa sœur a été victime d’attouchements et a dû toucher son père et le masturber. Des faits similaires se sont produits 15 jours après, lors de l’exercice du droit de visite suivant, sans qu’il soit question d’alcool. Le père a demandé aux fillettes de se taire, leur expliquant qu’il irait en prison si elles parlaient. Malgré cette contrainte, la victime s’est confiée à une de ses sœurs aînées qui a alerté leur mère.

Une fois le prévenu interpellé, en juin, il a rapidement avoué. Il a admis les faits, même s’il dit ne pas savoir pourquoi il a cédé à ces pulsions. Depuis sa mise en détention, il a écrit plusieurs lettres pour faire part de ses regrets, affirmant être désolé de toute la souffrance qu’il a infligée à ses enfants et à son ex-femme. Son attitude vis-à-vis de ses filles aînées n’est pas non plus exemplaire. Il leur parlait crûment de sa propre sexualité et faisait des commentaires sur des images zoophiles. L’homme a aussi été reconnu coupable d’avoir visionné des représentations pédopornographiques et une zoophile sur son ordinateur.

 

Fin d’audience mouvementée

L’audience s’est déroulée dans une ambiance lourde. Il y a eu des manifestations de soutien entre les filles aînées présentes dans la salle et leur mère, la plaignante. Mais aussi des marques de sympathie de la mère du prévenu envers son fils. Un salut de la main en début de matinée, puis une longue accolade une fois les débats terminés. L’homme, encadré par deux agents de sécurité chargés de son transport depuis la prison, s’est mis à pleurer dans les bras de sa mère. La nièce du prévenu s’est approchée pour dire à sa grand-mère de rejoindre le reste de la famille. Elle affirme que son oncle l'a alors insultée, ce qui l'a poussée à lui asséner un coup sur le nez. L'homme s'est mis à saigner. Cet épisode a conduit le Tribunal à restreindre l’accès à la salle d’audience pour l’énoncé du jugement. Seules l’ex-femme et ses deux filles aînées ont été autorisées à entrer en début d’après-midi. Le prévenu lui-même a été dispensé de comparaître, il devait passer un scanner après le coup reçu le matin. /msa

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.