Neuchâtel Mobilité 2030 : « Un oui massif est important »

 Zoom sur «   » (touche ESC pour fermer)
Plusieurs membres du comité de soutien au projet « Neuchâtel Mobilité 2030 » ont fait part de leurs arguments vendredi matin à La Chaux-de-Fonds

Le comité de soutien au projet « Neuchâtel Mobilité 2030 » monte au front. Il a présenté vendredi à La Chaux-de-Fonds ses arguments en faveur de cet objet qui sera soumis au peuple neuchâtelois le 28 février. Ce projet comprend une liaison ferroviaire directe entre le haut et le bas du canton et définit les besoins en infrastructures routières et de transports publics pour les 20 prochaines années. Le projet de réseau de mobilité du Conseil d’Etat obtient un large soutien, quasi unanime, car pour l’heure il n’y a pas d’opposants officiels, en tout cas pas à la connaissance des partisans du oui.

Le comité de soutien mis en place, et co-présidé par le conseiller aux Etats Raphaël Comte et le conseiller national Jacques-André Maire, rassemble tous les partis politiques neuchâtelois mais aussi différents groupes d’intérêt comme le Touring club suisse, l’Union syndicale cantonale neuchâteloise ou encore la Chambre du commerce et de l’industrie. Au total, une vingtaine de représentants issus des secteurs de l’économie, des syndicats, du tourisme invite la population à se déplacer massivement aux urnes et à voter en faveur de « Neuchâtel Mobilité 2030 ».

Leurs arguments en faveur du oui

Raphaël Comte évoque « un projet ambitieux et raisonnable dans l’optique d’un réseau de mobilité digne du 21e siècle ».

Jacques-André Maire rappelle qu’il s’agit d’un nouveau projet, différent du TransRUN. « Tous les Neuchâtelois et Neuchâteloises pourront en bénéficier ». Le conseiller national explique qu’il est important d’obtenir un oui massif pour donner un signal fort à Berne. En effet, le financement des nouvelles infrastructures se fera en très grande partie via les nouveaux instruments fédéraux que sont le FAIF pour le rail et FORTA pour la route.

Bernard Schumacher, député au Grand Conseil et président du comité « TransRUN NON », souligne que « le financement est garanti par la Confédération et que le tracé s’est nettement amélioré par rapport au premier projet ».

Frédéric Mairy, président de l’Association des communes neuchâteloises, parle « d’un véritable réseau de mobilité qui irrigue l’ensemble des régions et met en avant la dimension intercantonale du projet ».

Julien Bühler, président du Parlement des Jeunes de la ville de La Chaux-de-Fonds, précise que « les jeunes sont de grands consommateurs de mobilité et que l’accès aux écoles, aux centres de formation, aux entreprises sera facilité avec Neuchâtel Mobilité 2030 ».

Le président de GastroNeuchâtel, Lionel Billard, relève l’importance d’assurer une bonne desserte pour les touristes afin qu’ils puissent découvrir la région sans leur voiture. « Neuchâtel Mobilité 2030 va simplifier les déplacements dans le canton ».

Le monde de l’économie privée voit dans ce projet un moyen de rendre les entreprises du canton plus attractives. « Il s’agit là d’un investissement indispensable pour les emplois de demain. Neuchâtel Mobilité 2030 créera des interconnexions nouvelles avec les grands centres du pays », explique Joris Engisch, chef d’entreprise.

Dès le 20 janvier, des affiches dans tout le canton vont fleurir. Des actions de proximité vont venir compléter la campagne d’information qui sera menée par le Conseil d’Etat lors des huit séances d’informations publiques. /jpp

Partager
Link

Galerie photos liée

28.02.2016
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.