Cultiver la continuité dans les relations franco-neuchâteloises

Le conseiller d'Etat Laurent Favre se dit confiant quant à la bonne collaboration entre le canton de Neuchâtel et les autorités de la nouvelle région Bourgogne-Franche-Comté Zoom sur « Le conseiller d'Etat Laurent Favre se dit confiant quant à la bonne collaboration entre le canton de Neuchâtel et les autorités de la nouvelle région Bourgogne-Franche-Comté » (touche ESC pour fermer)
Le conseiller d'Etat Laurent Favre se dit confiant quant à la bonne collaboration entre le canton de Neuchâtel et les autorités de la nouvelle région Bourgogne-Franche-Comté

La mise en place de la nouvelle région Bourgogne-Franche-Comté ne va pas révolutionner les relations franco-neuchâteloises. Avec cette refonte, le chef-lieu de cette nouvelle entité ne se situe plus à Besançon mais à Dijon. Malgré l’éloignement du centre décisionnel, Laurent Favre, conseiller d’Etat en charge du Département du développement territorial et de l’environnement, demeure confiant quant aux futures collaborations. Il souhaite maintenir et consolider les contacts, tant au niveau administratif que politique, pour assurer une certaine continuité dans les différents dossiers transfrontaliers.

Des défis en matière de transports

Laurent Favre souhaite la pérennisation de la ligne ferroviaire Neuchâtel-Paris via Pontarlier-Frasne. « Un tronçon important pour le développement économique du canton de Neuchâtel. C’est un dossier sur lequel nous avons beaucoup travaillé par le passé avec nos collègues français », explique le conseiller d’Etat. Autre axe cher à Laurent Favre, « la ligne dite « des Horlogers » entre La Chaux-de-Fonds, Le Locle, Morteau et Besançon qui est également très fréquentée. Cette ligne doit être sécurisée au niveau technique et mérite des investissements des deux côtés de la frontière ». Laurent Favre espère que cette volonté d’assurer des transports publics performants sera toujours partagée par les voisins français et ceci malgré la refonte de la région.

Si le mot continuité est de mise, quelques incertitudes ou inconnues demeurent, selon Laurent Favre. « Les finances restent fragiles des deux côtés de la frontière et les montants sont parfois importants si l’on veut investir dans les infrastructures et le matériel roulant ».

Quels impacts aura cette fusion sur les dossiers sensibles ?

Laurent Favre précise qu’il est un peu tôt pour répondre à cette question. « Les élections régionales se sont tenues en décembre 2015 et les nominations aux différents postes se déroulent actuellement et se poursuivront encore. Il y a une recomposition des cabinets et des administrations, cela dépendra des personnes en place. Il n’est donc pas possible pour l’heure d’établir de nouveaux contacts, mais cela se fera rapidement », assure-t-il. Mais une certaine continuité sera garantie avec la présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté, Marie-Guite Dufay, en place depuis plusieurs années. « Notre partenaire privilégiée pour les questions de transports. On peut donc partir confiant dans cette future collaboration », conclut Laurent Favre. /jpp

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.