Aliénation parentale ou manipulation ?

 Zoom sur «   » (touche ESC pour fermer)
Le Tribunal cantonal s'est emparé d'une affaire de maltraitance ce jeudi.

Retour au tribunal pour une mère de famille accusée de maltraitance. Acquittée il y a une année par le Tribunal des Montagnes neuchâteloises, elle s’est retrouvée jeudi devant le Tribunal cantonal après que ses trois enfants ont fait recours. Ils l'accusent de voies de fait, d’actes d’ordre sexuel  et de violation du devoir d'éducation.

Selon le premier jugement, les trois enfants se seraient ligués contre leur mère pour soutenir leur père alors que les parents divorçaient. Cette version est contestée aujourd'hui par les enfants qui accusent leur mère d'être manipulatrice et de les avoir maltraités physiquement et verbalement pendant de nombreuses années. Elle aurait aussi violé la sphère intime de ses enfants en les confrontant à sa propre intimité.

 

Mal-être et faute du père

Durant l’audience, les enfants ont fait part de leur mal-être vis-à-vis de cette affaire. Ils ont répété à plusieurs reprises qu'ils souhaitaient obtenir le statut de victime et que la justice reconnaisse la manipulation de leur mère. Un statut qui leur a été refusé en première instance par la juge qui a estimé que le dossier était vide de preuves. Ils ont encore réitéré que leur vie actuelle était directement influencée par les agissements de leur mère et qu'ils souhaitaient enfin que cette histoire soit terminée.

De son côté, la mère de famille continue de clamer son innocence. Selon elle, tout ce qu'il lui est reproché est à mettre au crédit du père. De son point de vue c'est elle seule qui s'est occupée de ses enfants alors que le père aurait fait preuve de violences verbales et de désintérêt de l'éducation des enfants.

 

Manipulation et haine


Dans sa plaidoirie, l’avocat de la partie plaignante a argumenté que si les enfants avaient inventé cette histoire, comme évoqué en première instance, ils n’auraient pas fait recours. Selon lui, la mère se pose systématiquement en victime depuis des années et manipulait son mari. C’est son départ de la maison qui a permis aux enfants de révéler ses agissements. L’avocat accuse en outre la mère de se croire le centre d'un complot ourdie par la famille toute entière à son encontre.

De son côté, l’avocat de la défense assure que les trois enfants sont sous le joug d’une aliénation parentale, à savoir que le père, lors de la procédure de divorce aurait programmé ses enfants à haïr son conjoint. Pour lui, il n’y aurait pas eu de maltraitances envers les enfants de la part de la mère. C’est au moment du divorce que ces éléments de maltraitance seraient apparus de façon commode. Au final, les parties plaignantes demandent des dédommagements alors que la défense prône l’acquittement.

A l'issue des plaidoiries, la mère a encore déclaré aimer ses enfants plus que tout et qu’ils « étaient sa vie ». Selon elle, ils sont manipulés par leur père et leur tante.

Le jugement sera rendu lundi après-midi. /jha

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.