De plus en plus de Suisses de l’autre côté

Les travailleurs frontaliers, souvent stigmatisés, ne sont pas tous français. De plus en plus de Suisses font le choix d’aller s’établir en France voisine.

Leurs motivations premières, c’est d’accéder à la propriété et de constituer un patrimoine à transmettre. Le coût de la vie, plus faible de l’autre côté de la frontière, est attirant. Les chiffres du principal groupe immobilier du Haut-Doubs, Century 21, le prouvent : près d’un client sur quatre (23%) vient de Suisse, principalement des cantons de Neuchâtel et de Vaud.

Relativement récent, le phénomène s’accentue. Ces clients sont en majorité plutôt jeunes, ils ont des revenus plutôt faibles pour la Suisse et émigrent avec leurs enfants. Ils restent actifs et franchissent la frontière pour aller travailler dans leur ancien pays. Il y a aussi quelques retraités.

Certains de ces clients optent pour un appartement en ville, à Pontarlier, à Morteau ou à Maîche. Mais la plupart de ces personnes recherchent une maison individuelle, dans un village proche où il y a une école. Le budget consacré à l’achat du bien se situe entre 200'000 et 300'000 euros.

Les demandes de location sont beaucoup plus rares. Quelques clients font aussi le choix d'investir dans un bien immobilier en France sans pour autant y emménager. /msa

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.