Syndicalistes au tribunal

Trois collaborateurs du syndicat Unia au tribunal. Zoom sur « Trois collaborateurs du syndicat Unia au tribunal. » (touche ESC pour fermer)
Trois collaborateurs du syndicat Unia au tribunal.

La palme d’or du mauvais employeur 2012 décernée par Unia est restée en travers de la gorge du patron. L’entreprise de polissage chaux-de-fonnière épinglée a porté plainte. Trois membres du syndicat se retrouvent devant la justice, de même que trois anciens salariés. Ils ont dû s’expliquer ce jeudi devant le Tribunal de police de La Chaux-de-Fonds, poursuivis pour calomnie et diffamation.

Un homme avait consulté Unia après avoir été licencié. Il avait alors parlé du cas de deux collègues, toujours en activité dans la société. Ces deux hommes avaient à leur tour expliqué leur situation. Vu leur salaire mensuel de 2'000 francs pour un contrat « de formation » à durée déterminée, le syndicat a dénoncé publiquement une sous-enchère salariale et des abus. Deux semaines après la remise de la palme d’or, le gérant de l’entreprise a porté plainte contre Unia et contre des médias qui avaient relayé l’information. En cours de procédure, les trois anciens employés ont aussi été incriminés.

Pour l’avocat du plaignant, la calomnie et la diffamation sont prouvées. Il affirme que l’action syndicale a provoqué « l’anéantissement économique » de l’entreprise qui est passée de 10 à 4 salariés. Il demande la condamnation des prévenus et réclame une réparation de 200'000 francs. Du côté de la défense, on plaide l’acquittement, estimant que la société connaissait déjà des difficultés financières avant cet épisode et que des rapports d’organismes cantonaux étayent la thèse de la sous-enchère salariale.

Le jugement sera rendu le 14 janvier. /msa

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.