Entraîneur de juniors au tribunal pour actes d’ordre sexuel

Un entraîneur est soupçonné d'avoir eu des gestes déplacés envers des jeunes. Zoom sur « Un entraîneur est soupçonné d'avoir eu des gestes déplacés envers des jeunes. » (touche ESC pour fermer)
Un entraîneur est soupçonné d'avoir eu des gestes déplacés envers des jeunes.

Un ancien cadre de Neuchâtel Xamax aurait profité de sa position pour commettre des actes d’ordre sexuel sur des adolescents de moins de 16 ans. Il comparait devant le Tribunal régional de police à Boudry. Les faits se seraient produits entre 2010 et 2012, alors qu’il entraînait le Groupement juniors du Bas-Lac. Trois jeunes sont sur le banc de la partie plaignante. Deux d’entre eux sont représentés par maître Barillon.

L’homme est accusé d’avoir eu des gestes déplacés envers des jeunes à plusieurs reprises et à plusieurs endroits, notamment à son travail et à son domicile. Il aurait touché les parties intimes de ses victimes, prétextant de leur mettre de la crème sur les adducteurs. Le prévenu nie tous les faits qui lui sont reprochés. Il dit être tombé des nues lorsqu’il a appris qu’une procédure était ouverte à son encontre. Le prévenu  admet que certains faits, au regard de cette procédure, peuvent porter à confusion. Comme cette vidéo filmée lors d’un voyage et sur laquelle on voit un joueur nu dans une chambre qui chahute avec un camarade. Le prévenu répète qu’il n’y avait là rien de sexuel, mais des images qui devaient retracer l’ambiance du voyage. Il a en revanche refusé de répondre à toutes les questions de maître Barillon et de l’autre avocate de la partie plaignante. Ce qui a engendré un léger chahut dans la salle d’audience. Les mandataires des victimes auraient par exemple voulu savoir ce que des sexes, certains en  érection, faisaient dans le rapport d’expertise informatique du prévenu. Il s’en est finalement expliquer à ses avocats : ces recherches ont été faites sur un ordinateur portable utilisé par les jeunes dont ils s’occupaient. Lui-même n’a jamais fait la moindre recherche de ce genre sur internet.

De nombreux témoins doivent encore être entendus, dont le conseiller d’Etat Alain Ribaux et le joueur de football Mickaël Facchinetti. L’audience se poursuit jusqu’à mardi, voire mercredi. /sma

Partager
Link

Galerie photos liée

06.12.2016
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.