La construction en question

L'étude montre qu'avec la fin de la construction du tunnel de Serrières, il n'y a plus de gros investissements publics assurés. Zoom sur « L'étude montre qu'avec la fin de la construction du tunnel de Serrières, il n'y a plus de gros investissements publics assurés.  » (touche ESC pour fermer)
L'étude montre qu'avec la fin de la construction du tunnel de Serrières, il n'y a plus de gros investissements publics assurés.

La construction est sous le feu des projecteurs. La Chambre neuchâteloise du commerce et de l’industrie (CNCI), le canton et la BCN ont mis sur pied une étude qui se focalise sur la situation et les perspectives économiques du secteur.

L’analyse montre qu’aujourd’hui, la construction représente 4% du produit intérieur brut neuchâtelois. Mais les perspectives à court termes sont moroses en l’absence de projets assurés. De plus, la CNCI rappelle que le secteur est fortement réglementé au travers de multiples lois.

A moyen terme, les projections sont meilleures. Si certains projets aboutissent, comme Neuchâtel mobilité 2030.

Or, l’étude montre aussi que jusqu’à présent, les investissements privés en francs par habitant restent nettement inférieur à Neuchâtel que dans les cantons voisins. La faute, notamment, à une politique fiscale stérile. Quant aux investissements publics, s’ils ont progressé ces dernières années, ils ont permis de rejoindre la moyenne nationale.

Pour consolider le secteur, la CNCI estime qu’il faut assouplir les procédures législatives. Surtout, il faut aller au bout des réformes sur la fiscalité.

Car pour l’instant, la marche des affaires, le nombre d’emploi, les investissements tant publics que privés sont en baisse. En hausse par contre, le chômage. /aju

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.