Le CNP parle stratégie pour le patient

CNP Préfargier Zoom sur « CNP Préfargier » (touche ESC pour fermer)
Préfargier, l'un des sites du CNP.

Le Centre neuchâtelois de psychiatrie - CNP - poursuit sa mue. Son nouveau plan stratégique 2015-2022 a été présenté à la commission Santé du Grand Conseil il y a quelques jours. Un plan qui est caractérisé par la réhabilitation, la continuité des soins et une prise en charge pluridisciplinaire des patients.

Le CNP a défini vingt options stratégiques dont cinq doivent obtenir l’aval des députés, probablement saisis en début d’année prochaine.


Soigner en ville

Premier point souhaité : la création d’un centre de jour pour adolescents, en milieu urbain. 
« Actuellement, il n’y a rien comme alternative entre l’hôpital et le système ambulatoire », commente le directeur médical Pedro Planas. « Nous voulons offrir aux jeunes une prise en charge modulable tout en pouvant poursuivre leur scolarité. Le centre apportera des soins continus sans que le patient ne dorme sur place ». La durée de séjour en milieu hospitalier, actuellement de 40 jours, devrait diminuer. Le risque de rechute aussi. Quant à l’adolescent, il devrait ainsi connaître une transition plus douce entre le monde hospitalier et le retour au quotidien. Le lieu du futur centre n’est pas arrêté.

Autre option stratégique, la création d’un centre ambulatoire dans les Montagnes. L’idée est de rassembler les structures existantes sous un même toit et de libérer les locaux que le CNP utilise actuellement au Locle afin de les rendre à l’Hôpital neuchâtelois.


Orienter juste

Toujours dans son optique de réhabilitation le CNP souhaite réorienter les patients souffrant de troubles qui devraient être pris en charge par des institutions spécialisées. « Ces patients n’ont pas leur place en psychiatrie », note le Docteur Planas, faisant allusion notamment aux déficits mentaux. « Nous nous approcherons alors des maisons spécialisées et leur proposerons de leur servir de consultant ».

Quant aux résidents en foyer, pensionnaires de la psychiatrie parfois depuis des décennies, ils seront installés dans une unité urbaine, là aussi avec des locaux à trouver. Une façon de les reconnecter à la réalité.

Notons enfin qu’un pôle de gériatrie, en partenariat avec l’Hôpital neuchâtelois, devrait voir le jour. La fermeture de Perreux étant programmée à terme, les personnes âgées seront ainsi prises en charge au même endroit. Reste à définir où. /abo

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.