La Robella peut souffler

Le village de Buttes vu depuis le télésiège de La Robella Val-de-Travers. Zoom sur « Le village de Buttes vu depuis le télésiège de La Robella Val-de-Travers. » (touche ESC pour fermer)
Le village de Buttes vu depuis le télésiège de La Robella Val-de-Travers.

La Robella mérite un effort supplémentaire. C’est en quelque sorte le message envoyé par le Conseil général de Val-de-Travers lundi soir. Les élus ont accepté de verser une subvention complémentaire de 130'000 francs par an dès 2016. Ce sont donc 32 francs par habitant que la commune va débourser jusqu’en 2019, au lieu des 20 francs prévus. Seul un élu du PLR a voté contre l’arrêté et un autre membre du même parti s’est abstenu.

Si le projet global de développer le site touristique multi-activités en misant sur les quatre saisons est salué, c’est surtout le mode de financement qui a convaincu. Le Conseil communal prévoyait initialement d’inscrire les 130'000 francs au budget de fonctionnement. Pour éviter de charger la barque alors que l’État a annoncé des reports de charges, l’exécutif a finalement décidé de prélever la somme dans une réserve existante : le crédit-cadre de mise en œuvre du contrat-région.

 

Conseil communal à 100%

Le rapport de la Commission de gestion et des finances sur le taux d’activité des conseillers communaux a été plutôt bien accueilli. En se basant sur l’étude d’un expert, la commission est arrivée à la conclusion que le temps de travail à 100% de l’exécutif est justifié et que la commune n’est pas sur-dotée en personnel. Seuls les Verts persistent à croire qu’un taux de 80% serait suffisant et annoncent un amendement en ce sens lors de l’examen du prochain budget.

 

Factures allégées pour les Vallonniers

Enfin, de bonnes nouvelles ont été communiquées à l’assemblée à la fin de la séance. Deux dossiers cantonaux sont arrivés à terme récemment dans le domaine du financement des ambulances. Le coût par habitant, qui était jusqu’alors plus élevé pour les Vallonniers, va s’uniformiser et être fixé à 39 francs dans l’ensemble du canton de Neuchâtel. La diminution est significative pour le Val-de-Travers où ces coûts ont atteint 81 francs par habitant en 2014.

Une autre inégalité de traitement est balayée. La facture adressée au patient tenait compte du nombre de kilomètres parcourus et la durée de l’intervention. Or le Val-de-Travers est éloigné des sites de soins aigus. Depuis le 1er septembre, tous les patients du canton reçoivent la même facture, quel que soit l’endroit où ils sont pris en charge. La diminution moyenne de la facture est de 25% pour les Vallonniers. /msa

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.