Le microsillon fait son retour

Le revenu total de la vente de vinyles a atteint 220 millions de dollars en 6 mois. Zoom sur « Le revenu total de la vente de vinyles a atteint 220 millions de dollars en 6 mois. » (touche ESC pour fermer)
Le revenu total de la vente de vinyles a atteint 220 millions de dollars en 6 mois aux Etats-Unis.

À l’approche des fêtes de fin d’année, vous verrez certainement de plus en plus de platines et de vinyles dans les magasins. Vous l’aurez compris, les disques noirs sont de retour.

Cette année, selon la RIAA, l’organisation des professionnels américains du disque, le revenu total de la vente de vinyle s’élève à 221 millions de dollars entre janvier et juin. Il s’agit, ni plus ni moins, que de la meilleure vente en 20 ans. En termes de comparaison, la vente de vinyles a rapporté 60 millions de plus que les revenus liés à la publicité sur les plateformes de streaming lors du même laps de temps.

Du côté de l’Angleterre, ce ne sont pas moins de 800'000 galettes qui se sont écoulées en 9 mois avec une prévision de 1 million pour la fin de l’année. Ces chiffres représentent désormais 30% du volume des ventes physiques.

 

Les groupes locaux s'y mettent aussi

Plus près de chez nous, les Rambling Wheels, groupe de rock neuchâtelois, sont aussi des habitués du microsillon. Ils ont sorti leurs trois derniers albums en version vinyle, certes avec de petites quantités, mais les albums se sont vendus comme des petits pains. Le chanteur et guitariste Raphaël Weber explique cet engouement par le fait que le son du vinyle est de meilleure qualité que celui du CD ou que les MP3. Le timbre serait aussi bien plus chaleureux.

En outre, selon l’artiste, la grandeur des pochettes est un argument, vu que l’auditeur peut ainsi découvrir les illustrations de l’album en grande taille. Finalement, le rituel du disque vinyle avec les craquements et le changement de face est une expérience qui plaît de plus en plus.

 

Effet de mode ?

Selon le disquaire neuchâtelois Vinyl, il y a certainement un effet de mode, mais il est vrai que les disques se vendent en plus grandes quantités surtout les nouveautés, ce qui n’est pas arrivé pendant de nombreuses années. En effet, les nouveaux albums n’étaient même pas édités en vinyle. Cette année, les ventes couronnent trois albums de rock sortis entre 2013 et 2015 et non des rééditions de vieux classiques.

Fait étonnant, alors que le monde du microsillon était presque exclusivement masculin par le passé, les filles se sont mises à fréquenter l’échoppe du disquaire neuchâtelois. Il voit aussi de plus en plus de jeunes gens s’intéresser au matériel et il avoue que de nombreux parents ont été étonnés de devoir aller fouiller dans la cave ou au grenier pour récupérer une vieille platine.

Avec ces éléments, faut-il y voir un effet de mode ou un renouveau du vinyle ? L’avenir nous le dira. /jha

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.